Simone Signoret , née Kaminker le 25 mars 1921 à Wiesbaden (Allemagne) de parents français, a d'abord été sténo-dactylo et professeur d’anglais. C'est surtout pour sa carrière de comédienne qu'elle est célèbre puis pour sacarrière d'écrivain qu'elle obtient la consacration à la fin de sa vie. Elle est arrivée au cinéma par l’entrée de service. Pendant la seconde guerre mondiale, alors qu’elle travaillait pour une organisation de la France libre, elle fait de la figuration dans les productions de guerre des studios anglais. C’est son premier mari, prénommé Yves (Allégret) qui lui donne son premier grand rôle les démons de l’aube ; et c’est avec son deuxième mari, lui aussi prénommé Yves (Montand) que sa carrière prend un tournant décisif avec casque d’or. J’ai donc rencontré Simone Allégret Montand Signoret. Un rendez-vous pris l’an dernier suite à l’interview que j'avais faite avec Yves Montand (puisqu’ils sont enterrés dans la même sépulture au cimetière du Père Lachaise à Paris). Une rencontre très agréable. Je l’avais prévenue que j’allais essayer de lui faire parler d’elle plutôt que de ses films. Mais elle s’est prêtée au jeu de bonne grâce, sans crainte. Peu lui importait au fond ce que je lui demanderais car selon elle « un acteur a parfois besoin d’être inventé par les autres »

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.