Le visage de la famille bouge. Décompositions, recompositions, familles monoparentales, homoparentales... Est-elle en crise ou bien en train de se réinventer, de se démultiplier ?

Aaaaaaahhhh la la, imprimée à vie dans nos mémoires, la vie idéale (et idéalement marketée) de la famille Ricorée… Une marque dans l’inconscient collectif, avec l’idée qu’on serait tous blancs, tous blonds, tous contents de se lever le matin et de se retrouver autour d’une table en famille… Une famille qui, bien sûr, serait composée d’un papa (évidemment, on commence par lui), d’une maman, et de quelques enfants, idéalement équitablement répartis entre filles et garçons…

Oui mais non. Car cette petite musique qui trotte dans la tête est en passe de devenir obsolète. Certes, pas encore totalement aux oubliettes mais tout de même, des frémissements, ça et là… Oui, le visage de la famille bouge au moment où on se parle. On y voit, on y lit, des recompositions, des mutations, des couples qui se séparent et qui restent co-parents, d’autres qui deviennent parents d’intention et tant pis pour la filiation biologique au sens strict, qui font famille, donc, sans forcément de lien du sang, des hommes qui donnent pour d’autres, des femmes qui portent pour d’autres… Et donc ? Ca change quoi ?

Les liens du cœur vont-ils se substituer aux liens du sang ? Vont-ils au contraire s’y ajouter, et en tricoter d’autres, totalement inédits ? La famille est-elle en crise au point de disparaître dans un futur plus ou moins proche ? Ou bien est-elle justement en train de se réinventer, de se démultiplier ?

Avec nous pour en parler :

Irène Théry, directrice d’études à l’EHESS, auteur de plusieurs ouvrages de référence sur la famille, et dont le dernier, « Mariage et filiation pour tous » a été édité au Seuil.

Sylvie Cadolle, sociologue, maître de conférence à l’université de Créteil Paris 12, à qui l’ont doit, entre autres, « Famille recomposée, un défi à gagner », publié chez Hachette.

Et au téléphone : Charles Grossrieder, fondateur du site et de l’appli Easy2family, plateforme destinée aux parents divorcés, pour faciliter la transmission de l’information concernant les enfants.

Reportage de Léa Minod, qui a rencontré Cécile et Isabelle, et leur fille Annaelle, 16 mois. Isabelle a toujours voulu être une mère biologique, porter un enfant. Mais si aujourd’hui tout semble facile, l’association des Parents et futurs parents Gay et Lesbien (l’APGL) a été d’un précieux secours pour les deux jeunes femmes qui ont pu se faire conseiller, et aiguiller dans leur démarche de PMA.

Le site de l'AGPL

Programmation musicale :

JIL CAPLAN Est-ce que tu m'aimes

SISTER SLEDGE We are family

NICK WATERHOUSE It's time

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.