Qui sera beau, demain ? Sur quels critères, sur quels canons fonderont nous le culte d’une nouvelle beauté ?

Quels seront les critères de la beauté demain ?
Quels seront les critères de la beauté demain ? © Getty / Mads Perch

La beauté est une matière vivante, qui se modèle sur plusieurs siècles, travaille notre imaginaire, façonne nos yeux, notre regard, à moins que ce ne soit l'inverse... Que nos yeux changent et portent un regard émerveillé sur ce qui, hier, les répugnaient.

La beauté sera-t-elle uniforme, standard, plus d’hommes, plus de femmes, plus d’histoire, d’ethnie, de religion ?

Ou sera-t-elle au contraire multiple, diverse, variée, y aura-t-il autant de beautés que d’individus pour l’afficher ?

Là-dessus, le Brésil a tranché. Elle Brésil, la version brésilienne du magazine iconique a choisi et pour la première fois, un robot, pour faire la couverture. Elle est jeune, forcément, alignement des traits parfaits, faux airs d’Audrey Hepburn. Dernière créature sortie du labo d’Hanson Robotic, elle serait en plus douée de parole – mais pas trop, faux pas exagérer. Et elle coûte surtout moins cher que les mannequins qui habituellement font la couverture du magazine.

Aïe, c’est peut-être ça, la beauté de demain : technologisée, chirurgétisée, robotisée. C’est ça, miroir, la beauté ?

Pour en parler, avec nous en plateau :

Georges Vigarello, historien des représentations du corps et directeur d'études à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. Auteur notament de « Histoire de la beauté : le corps et l'art d'embellir de la Renaissance à nos jours » (Points)

Jean-François Amadieu, professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne et auteur « Le Poids des apparences: Beauté, amour et gloire », Odile Jacob

et au téléphone : le Dr Cindy Uzzan, chirurgien esthétique à Paris

Reportage d'Andréane Meslard, qui a rencontré Nina Flajeul. Avec sa tête de poupée et son corps rond, qu’elle habille de robes courtes et colorées, Nina utilise Internet, et son blog, pour parler d’injustice. L’injustice dont elle est victime à cause ses formes, depuis son enfance. L'occasion de mettre en lumière le Body Positiv, mouvement féministe apparu aux États-Unis en 1996, qui soutient l’idée qu’il n’existe pas qu’une seule beauté, qu’elle est au contraire plurielle, et qu’être beau, c’est d’abord s’aimer tel que l’on est : parvenir finalement à une identité positive, et ainsi du même coup, mieux accepter les autres.

Son blog : ninaflageul.com

Programmation musicale :

Serge Gainsbourg - Des laids, des laids

Radio Elvis - Solarium

Mac Miller - Dang

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.