Il était une fois un acteur….. Entré dans le théâtre un peu par hasard et qui par hasard aussi a travaillé avec des grands. Puis il s’est retrouvé au cinéma et par nécessité il est toujours revenu au théâtre. Il s’agit d’un autodidacte qui suit son chemin. Un chemin de voyageur solitaire et intempestif.

Gare à vous : Celui que nous attendons est de l’espèce des indomptables, un libertaire, un homme révolté, à l’humour ravageur. C’est : un acteur furieux. Mais tout ça, c’est du travail, du labeur. Il se retire, pour laisser les mots exister. Et c’est comme si chaque mot sortait de sa bouche dans une bulle. Et Dans chaque mot il y a tout un monde. Et ces acteurs là, quand le noir se fait, on applaudit on applaudit pour les retenir, encore, encore, avant de retrouver le monde normal.

Quand Etienne Chatiliez l’a approché en 1987, il pensait qu’il serait de la famille des Groseilles. Raté, il fut notre cher monsieur Le Quesnoy, le papa, dans la vie est un long fleuve tranquille. Celui qui nous a appris que pour veiller à l’émail de nos dents, mieux valait ne pas boire d’eau froide après la soupe.

"Vous avez les yeux tristes et un grand nez, comme moi, qui vous permet de fumer sous la douche. C’est bon, je vous engage” lui a dit Aki Kaurismaki. il est devenu Marcel MARX l’anti héros des films du réalisateur finlandais, poète devenu cireur de chaussures au gré des film.

« Vas y mets toi à droite et souffre », c’est le genre de choses qui le font hurler !

D’une manière générale il ne faut pas l’approcher de trop près. Un long nez, oui, des yeux tristes, oui : nous accueillons aujourd’hui un conteur magnifique : ANDRE WILMS.

Nous le retrouvons dans notre émission au festival les Nuits de Fourvière dans le spectacle Une vie minuscule de Pierre Michon en compagnie de la Musicbanda Franui.

Il sera au cinéma dans le film Un château en Italie de Valeria Bruni Tedeshi dont la sortie est prévu pour le 30 octobre 2013.

Le comédien participera également à la 42ème édition du Festival d'automne à Paris , dans Paroles d'Acteurs/ Casimir et Caroline , d'Ödön von Horvath une pièce qu'il a mis en scène. Elle se jouera du 4 au 8 novembre à la Cartoucherie. Cette pièce raconte l'amour de Casimir et Caroline dans une Allemagne désanchantée et amère. André Wilms s'empare aujourd'hui de cette chronique des années 1930 pour la proposer à de jeunes acteurs.

Les liens

Festival les Nuits de Fourvière Nouvelle édition du festival pluridisciplinaire lyonnais. Jusqu'au 30 juillet prochain.

Les invités
Les références
L'équipe
(ré)écouter Des trucs et du trac Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.