Au cours de l'hiver 2018, Dominique Régeard, le maire de Lion-sur-Mer, a décidé d'ouvrir un local pour héberger des migrants, bien que l'accueil ne fasse pas partie des compétences d'un maire. Suite à la plainte d'une habitante, la décision a été annulée. Ce qui n'a pas empêché le maire de recommencer cet hiver.

Dominique Régeard, maire de Lion-sur-Mer, a fait le choix d'héberger sur sa commune une douzaine de migrants, bien que l'accueil ne relève pas de ses compétences.
Dominique Régeard, maire de Lion-sur-Mer, a fait le choix d'héberger sur sa commune une douzaine de migrants, bien que l'accueil ne relève pas de ses compétences. © Radio France / Charlotte Perry

Située sur la côte de Nacre, la petite commune de Lion-sur-Mer, 2 400 habitants, est à 5 km du Port d’Ouistréham d'où partent les ferries à destination de l'Angleterre. Au cours de l'hiver 2018/2019, ils étaient environ 150 jeunes migrants, en provenance majoritairement du Soudan, à tenter par tous les moyens de monter à bord d'un camion pour traverser la Manche en bateau. Dernière étape d'un long et périlleux voyage, auquel Dominique Régeard, le maire de Lion-sur-Mer, a voulu donner un peu de répit en ouvrant un hébergement communal pour leur permettre de dormir au chaud la nuit pendant la période hivernale.

La petite commune de Lion-sur-Mer, 2 400 habitants, est située sur la côte de Nacre, à 5km du port de Ouistréham, d'où partent les ferries à destination de l'Angleterre.
La petite commune de Lion-sur-Mer, 2 400 habitants, est située sur la côte de Nacre, à 5km du port de Ouistréham, d'où partent les ferries à destination de l'Angleterre. © Radio France / Charlotte Perry

Mais une habitante de la commune a porté plainte au Tribunal Administratif de Caen contre le maire pour "excès de pouvoir" car l'accueil des migrants est une compétence exclusive de l'État. Le 16 juillet 2019, et alors que les migrants n'étaient plus logés sur la commune depuis trois mois, le Tribunal Administratif a donc annulé la décision du maire, sans toutefois condamner ce dernier. 

Je sais, ce que je fais n'est pas légal. Moi je réponds juste à une urgence humanitaire. Il y a des types qui dorment dehors, sous la flotte, dans le froid. Si je peux permettre à dix d'entre eux de dormir au chaud, je serai content de l'avoir fait.

Elu en 2016, à la suite d'élections partielles, Dominique Régeard, le maire sans-étiquette de Lion-sur-mer, est candidat à sa propre succession pour les élections municipales de mars 2020
Elu en 2016, à la suite d'élections partielles, Dominique Régeard, le maire sans-étiquette de Lion-sur-mer, est candidat à sa propre succession pour les élections municipales de mars 2020 © Radio France / Charlotte Perry

Au mois de novembre, Dominique Régeard a donc décidé d'ouvrir à nouveau ce local pour l'hiver, en faisant voter, cette fois, la délibération devant le conseil municipal.  N'étant pas légale, la préfecture lui a demandé de retirer cette délibération. Ce qu'il n'a pas fait...

Alors, oui, on nous a bien réduit nos moyens budgétaires. Il nous reste donc ce pouvoir, dès lors qu'on en a la volonté. Je me suis dit "je vais le faire, parce que je peux le faire". J'ai mis la volonté au-dessus du droit. Tant que je serai là, et tant qu'il y aura un besoin, je le ferai. C'est tout.

Pour aller plus loin :

Le site du Collectif d'Aide aux Migrants de Ouistréham (CAMO)

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.