Véronique Decker a été enseignante en Seine-Saint-Denis pendant plus de trente ans et directrice de l'école primaire Marie-Curie, à Bobigny, pendant vingt-cinq ans. Une enseignante de combat, qui n'a pas la langue dans sa poche. Une semaine après le suicide d'une directrice d'école à Pantin, elle raconte ses luttes.

Véronique Decker, ancienne directrice de l'école primaire Marie Curie, Bobigny.
Véronique Decker, ancienne directrice de l'école primaire Marie Curie, Bobigny. © Radio France / Charlotte Perry

Véronique Decker a pris sa retraite au mois de juillet, après une carrière passée dans les écoles du 9-3. Une retraite un peu anticipée, mais au vu des événements récents à Pantin, où une directrice d'école maternelle, Christine Renon, a mis fin à ses jours dans l'enceinte de son établissement, elle ne regrette pas son choix. Épuisée elle aussi par la charge de travail, les lubies des gens du ministère qu'il faut mettre en oeuvre et les travaux incessants de la rénovation urbaine qui génèrent bruit et poussière, Véronique Decker a décidé de profiter de la vie.

Militante syndicale et pédagogique, elle n'aura eu de cesse de dénoncer les inégalités sociales et les conditions de vie faites aux enfants de la cité, dont les parents sont pour la plus part en grande précarité. En plus d'être située au pieds des tours de la cité Karl Marx et "au cœur des problèmes", l'école élémentaire Marie-Curie a également cette particularité d'être dans un secteur où il y a de nombreux bidonvilles Roms, obligeant l'équipe pédagogique a prendre en charge des problèmes et des pathologies liées à la très grande pauvreté. 

Ecole primaire Marie Curie à Bobigny.
Ecole primaire Marie Curie à Bobigny. © Radio France / Charlotte Perry

C'est ainsi que Véronique a rencontré Slavi (que vous avez entendu dans le précédent épisode) et sa petite sœur, qu'elle a hébergé chez elle pendant trois mois. Un jour, alors que des élèves avaient été expulsés du bidonville où ils vivaient avec leur famille, sans solution de relogement, Véronique Decker a décidé, avec l'équipe enseignante et des parents d'élèves, d'occuper l'école pour la nuit...   

A lire: 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.