A 95 ans, Yvonne conduit la même voiture depuis 65 ans, une Peugeot 203 de 1954. Alors, quand elle sort faire ses courses au village, elle en étonne plus d'un. Si bien que l'affaire a fini par prendre des proportions qui la dépassent.

A 95 ans, Yvonne conduit la même Peugeot 203 depuis 1954.
A 95 ans, Yvonne conduit la même Peugeot 203 depuis 1954. © Radio France / Charlotte Perry

Entre Deauville et Lisieux, à Norolles, Yvonne Abagrall fait figure d'exception. A 95 ans, la vieille dame ne s'est jamais séparée de sa Peugeot 203 achetée en 1954 pour aller livrer le beurre et la crème qu'elle fabriquait à la ferme. Mais aujourd'hui, si Yvonne suscite l'étonnement quand elle est à bord de son carrosse, la voiture, elle, est l'objet de toutes les convoitises. Journalistes, badauds, collectionneurs ou cambrioleurs, tout le monde s'intéresse à cette voiture d'exception. Et bien qu’Yvonne en éprouve une certaine fierté, elle aspire aussi à la tranquillité, elle qui a toujours vécu de façon modeste.

Dans son "carrosse", Yvonne se sent en sécurité. Même s’il n’y a pas de ceinture de sécurité et pas de direction assistée, elle est bien plus rassurée que dans les "petites bagnoles en plastiques" modernes.
Dans son "carrosse", Yvonne se sent en sécurité. Même s’il n’y a pas de ceinture de sécurité et pas de direction assistée, elle est bien plus rassurée que dans les "petites bagnoles en plastiques" modernes. © Radio France / Charlotte Perry

Car l’agricultrice à la retraite ne sait plus combien de courriers elle a reçus pour lui proposer de racheter sa voiture. « Votre prix sera le mien ! » Mais rien à faire. Yvonne a toujours refusé de la vendre. Car en 65 ans de vie commune, sa voiture a une histoire. 

On s’entend bien toutes les deux, deux vieilles ensemble. Elle ne peux pas parler mais en 65 ans, elle a toute une histoire, vous pensez bien.

A l'opposé des collectionneurs qui veulent l'acquérir pour frimer ou pour la fantaisie, pour Yvonne cette voiture représente l'indépendance et la liberté.  

La Peugeot 203 d’Yvonne est le modèle de 1954. C’est la première voiture sortie des usines Peugeot à Sochaux après la guerre, le site ayant été complètement détruit.
La Peugeot 203 d’Yvonne est le modèle de 1954. C’est la première voiture sortie des usines Peugeot à Sochaux après la guerre, le site ayant été complètement détruit. © Radio France / Charlotte Perry

Achetée 645 000 francs en liquide, elle n'est jamais tombée en panne. Et quand un petit problème  se présente, Yvonne sait d'où il vient. Tout est mécanique, simple à réparer. "C'était la qualité", dit Yvonne. C'était aussi avant l'obsolescence programmée et les modes de vie basés sur la consommation à outrance.

Avant de démarrer sa voiture, Yvonne doit amorcer l’essence. La voiture est si simple d’utilisation, qu’Yvonne est capable d’identifier toute seule les éventuels problèmes.
Avant de démarrer sa voiture, Yvonne doit amorcer l’essence. La voiture est si simple d’utilisation, qu’Yvonne est capable d’identifier toute seule les éventuels problèmes. © Radio France / Charlotte Perry
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.