Depuis presque dix ans, Séverine accueille chez elle, dans sa grande maison familiale de Condeau (61), des personnes âgées et/ou dépendantes. Elles sont trois à vivre en ce moment chez elle, avec son mari et ses enfants. Alternative encore méconnue aux Ehpad, l’accueil familial se développe de plus en plus en campagne.

Séverine accueille chez elle des personnes âgées et/ou dépendantes depuis presque dix ans. Ici avec Michel, dit "tonton", 90 ans, et Christelle, 62 ans, handicapée à 80% suite à un AVC.
Séverine accueille chez elle des personnes âgées et/ou dépendantes depuis presque dix ans. Ici avec Michel, dit "tonton", 90 ans, et Christelle, 62 ans, handicapée à 80% suite à un AVC. © Radio France / Charlotte Perry

Séverine a grandi à la campagne, dans une famille de onze enfants. Dyslexique et peu disposée aux études, elle a commencé à travailler à l'âge de 16 ans, d'abord en tant que femme de ménage, puis dans une usine de plasturgie de laquelle elle fût licenciée au bout de quinze ans, au retour de son congé maternité, en raison d'une baisse d'activité. Un licenciement qu'elle a très mal vécu sur le coup, mais qui lui a permis de trouver sa vocation.

A 47 ans, Séverine exerce ce qu'elle considère comme le plus beau métier du monde. Elle se sent valorisée, et n'est plus soumise au rythme infernal des cadences de l'usine ou des aides à domicile.
A 47 ans, Séverine exerce ce qu'elle considère comme le plus beau métier du monde. Elle se sent valorisée, et n'est plus soumise au rythme infernal des cadences de l'usine ou des aides à domicile. © Radio France / Charlotte Perry

Après 18 mois de CDD dans un laboratoire médical, où elle travaillait de nuit à la conception de sondes urinaires, elle fait un remplacement en tant qu'ADMR (Aide à Domicile en Milieu Rural). C'est pour elle une révélation: pour la première fois de sa vie professionnelle on lui dit "merci" et elle se sent valorisée par les personnes dont elle s'occupe. Mais elle est encore soumise aux cadences et c'est un déchirement de devoir aller vite dans les soins et de parfois devoir fermer les volets dès 18h. 

Séverine et Michel, 90 ans, qui est accueilli chez elle depuis presque un an.
Séverine et Michel, 90 ans, qui est accueilli chez elle depuis presque un an. © Radio France / Charlotte Perry

Elle décide alors de devenir famille d'accueil, c'est à dire de prendre chez elle des personnes âgées plutôt que de se rendre à leur domicile. Elle obtient son agrément auprès du conseil départemental de l'Orne en mai 2012, et commence par accueillir une puis deux personnes dans le petit pavillon qu'elle habitait alors. Par la suite, certaine de sa vocation, elle décide de réhabiliter une ancienne grange à la sortie du petit village de Condeau, où elle accueille désormais trois personnes avec qui elle partage sa vie au quotidien. 

C'est un travail mais sans être un travail pour moi, parce que je l'ai intégré à ma vie de famille. Quel plus beau métier que d'être chez soi, avec des gens qu'on aime et qui nous aiment aussi. Je donne, mais je reçois beaucoup. Peut-être que la plupart des gens y verrait des inconvénients, mais moi je n'y vois que des avantages.

L'ancienne grange que Séverine et son mari ont réhabilitée et adaptée à l'accueil des personnes âgées.
L'ancienne grange que Séverine et son mari ont réhabilitée et adaptée à l'accueil des personnes âgées. © Radio France / Charlotte Perry

Moi je suis chez moi, mais eux ils sont chez eux aussi parce que sans eux, cette maison je ne pourrais pas l'avoir. Parce qu'il faut assumer derrière: il y a le crédit, l'eau, l'électricité. C'est une petite structure que j'ai monté si vous voulez, mais qui m'appartient à moi et à mes accueillis. Ici, on est chez nous: c'est la maison de tout le monde.

A lire pour aller plus loin:

A écouter :

Programmation musicale
  • LA FEMMECool Colorado (Radio Edit)2020
L'équipe
Contact