A 85 ans, Gilberte Morel a encore son honneur et un caractère bien trempé. Quand sa facture d’électricité a quadruplé suite à la pose d’un compteur Linky, elle a refusé de payer plus que d’habitude et a assigné EDF et Enedis en justice. Verdict vendredi 22 novembre au Tribunal d’Arras.

Gilberte Morel chez elle à Arras. A 85 ans, elle a attaqué Enedis en justice pour factruration abusive suite à la pose d’un compteur Linky.
Gilberte Morel chez elle à Arras. A 85 ans, elle a attaqué Enedis en justice pour factruration abusive suite à la pose d’un compteur Linky. © Radio France / Charlotte Perry

Ancienne commerçante à la retraite, Gilberte Morel vit seule dans sa maison du quartier Pierre-Borrel à Arras. Avec 914 euros de retraite mensuelle, la vieille dame s’en sort tout juste, mais elle sait tenir ses comptes et n’a jamais eu de dettes. Alors, quand sa facture d'électricité a quadruplé, passant de 100 à 400 euros par an suite à l’installation de son compteur Linky en février 2017, elle a refusé de payer. Factures, relevés de compteur quotidiens et graphiques à l’appui, Gilberte Morel tente de démontrer qu’il y a eu une erreur, qu’elle consomme très peu. Mais EDF l’accuse alors d’avoir "manipulé" son ancien compteur et d'avoir "triché". 

Jamais personne n’est venu voir ce que j’avais comme appareils électriques. Tout est fait à distance. Je n’ai rien, même pas un four à micro-ondes.

Graphique réalisé par l’association ACCAD (Anti-compteurs communicants Artois-Douaisis), réprésentant la hausse brutale de la consommation chez Mme Morel suite à la pose du compteur Linky.
Graphique réalisé par l’association ACCAD (Anti-compteurs communicants Artois-Douaisis), réprésentant la hausse brutale de la consommation chez Mme Morel suite à la pose du compteur Linky. © Radio France / Charlotte Perry

A l’été 2018, en pleine canicule, EDF coupe le courant chez Mme Morel et fait appel à une société de recouvrement. Mais la vieille dame tient bon et refuse toujours de payer plus que la somme usuelle. Trois mois plus tard, le 4 novembre 2018, l'électricité est rétablie sous la pression des médias et grâce à l’appui des deux collectifs, l'ACCAD (Anti-compteurs communicants Artois-Douais) et CALGEA62 (Collectif avionnais anti Linky gaz et eau).

Gilberte Morel devant chez elle, à Arras. Le délibéré suite à l’audience du 4 octobre 2019 sera rendu vendredi 22 novembre.
Gilberte Morel devant chez elle, à Arras. Le délibéré suite à l’audience du 4 octobre 2019 sera rendu vendredi 22 novembre. © Radio France / Charlotte Perry

Mais Mme Morel n’en démord pas et pour prouver qu’elle n’est pas une voleuse, elle a décidé d'attaquer EDF et Enedis en justice pour « surfacturation abusive ».

Ils m’ont dit : « vous avez manipulé votre ancien compteur, vous avez triché, vous avez volé du courant ». Ça, ça ne passe pas. On a encore son honneur, sa fierté. Maintenant, c'est devenu une question de principe.

Et si elle a décidé de porter l’affaire devant le Tribunal d’Arras, c’est aussi pour faire réagir les gens. A l’heure où le médiateur de l’énergie tire la sonnette d’alarme quant à l'explosion des coupures d’électricité pour impayés, le combat de Mme Morel pourrait rencontrer un très fort écho.

Le tribunal d’Arras rendra sa décision ce vendredi 22 novembre.

MISE A JOUR:

Vendredi 22 novembre, le Tribunal d'Arras a donné raison à Gilberte Morel! 

Il annule la facture de résiliation d'un montant de 479, 31 euros émise par la société EDF, condamne la société ENEDIS et la société EDF à payer à Mme Morel la somme de 1500 euros au titre de dommages et intérêts; la somme de 800 euros au titre de l'aide juridictionnelle; et condamne la société Enedis et la societé EDF aux dépens.

A lire pour en savoir plus, l'article paru dans La Voix du Nord "Surfacturation et compteur Linky : première victoire pour une habitante d’Arras"

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.