A 82 ans, Pierre Guernion a décidé d'accueillir chez lui des demandeurs d'asile. Parce qu'il avait une chambre de libre et parce qu’en France "personne ne devrait dormir dehors", il a ouvert sa porte, sans peur, sans attentes, simplement pour pour faire honneur à l'humanité.

Pierre Guernion, chez lui, à Hillion, dans le Côtes d'Armor
Pierre Guernion, chez lui, à Hillion, dans le Côtes d'Armor © Radio France / Charlotte Perry

Depuis le décès de sa femme, Pierre Guernion vit seul dans sa maison d'Hillion - un petit village de 300 âmes dans la Baie de Saint-Brieuc. Paysan à la retraite, il s'est passionné pour la construction de murs en pierre après avoir cédé sa ferme à son fils. Mais pas "des murs pour séparer les gens". Il assemble les pierres comme d'autres assemblement les mots pour faire des poèmes. Il n'y a jamais de portail aux murs que Pierre construits. Ni de porte, ni de barrière. Parce que ce que Pierre aime avant tout, c'est rencontrer des gens, échanger, "bâtir un petit bout du monde ensemble". Alors sa porte est toujours ouverte.

Et c'est ainsi, qu'à 82 ans, lorsque l'occasion s'est présentée, Pierre a accueilli chez lui Flavio, un jeune demandeur d'asile Albanais. Puis, ce fût le tour d'une famille géorgienne qui dormait à la rue, près de la gare de Saint-Brieuc. 

Avec son sourire malicieux et son rire contagieux, Pierre se demande parfois si "l'on est encore des hommes". Lui, en tous cas, a décidé de faire parti de ceux qui font "honneur à l'humanité".

Programmation musicale
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.