Suite de notre rencontre avec Nadège. Cette semaine, Nadège revient sur son enfance difficile à Belleville, les violences familiales, la mort de son fils Esteban à un an. Une vie faite de coups et de blessures auxquels elle a appris à dire "non", en écoutant la radio notamment. Récit d'une conscience qui s’éveille.

 Esteban et Joseph
Esteban et Joseph © Nadège H.

Dans l´épisode précédent, Nadège racontait l’histoire de son fils Joseph, en proie à de grandes souffrances qui le conduisent régulièrement à l’hôpital psychiatrique. Cette souffrance a une histoire, faite de violences familiales mais aussi sociales. Celle que Pierre Bourdieu nommait la violence symbolique.

Nadège, chez elle à Paris.
Nadège, chez elle à Paris. © Radio France / Charlotte Perry

C’est en écoutant certaines émissions de radio, et en découvrant certains intellectuels que Nadège a compris que cette violence n’était pas normale, et qu’elle a appris à y dire « non ». 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.