Valérie a pris la route il y a 6 ans, lorsqu'elle a perdu son emploi dans une fonderie d'art. Depuis, elle sillonne la France en auto-stop, va d'ateliers en ateliers pour chercher du travail. Une vie à la dure, pleine de dangers, mais où elle a gagné la liberté.

Valérie, au jardin solidaire. Carcès, Août 2020
Valérie, au jardin solidaire. Carcès, Août 2020 © Radio France / Charlotte Perry

Troisième et dernier volet du récit de la vie de Valérie. A l’ombre d’un arbre, dans le jardin solidaire où elle cultive ses légumes, Valérie raconte la route : l’auto-stop, les nuits à dormir dans la forêt où elle se cache, ses affaires planquées, et les bastons, nombreuses et violentes, inévitablement. Car la vie sur la route est une vie à la dure : mauvaises rencontres, passage à l'hôpital, centre d'hébergement pour femmes. Des lieux qui ressemblent à des "prisons", et d’où elle a fui. Une vie de "guerrière", mais qu'elle a choisi "parce que la seule chose qui compte dans la vie, c'est de vivre libre".

Valérie, au jardin solidaire construit en escalier sur cinq niveaux. Carcès. Août 2020
Valérie, au jardin solidaire construit en escalier sur cinq niveaux. Carcès. Août 2020 © Radio France / Charlotte Perry

Les vies de Valérie:

Cagnotte "Un cametard pour Valérie"

Vous avez été nombreux à nous écrire pour savoir comment aider Valérie. Nous avons donc mis en place une cagnotte pour participer au financement d'un camion d'occasion et lui permettre de continuer à faire la route en sécurité.

Programmation musicale
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.