Suite de notre rencontre avec Séverine qui accueille dans sa grande maison de Condeau (61) trois personnes, âgées et/ou dépendantes. Alternative encore méconnue aux Ehpad et aux institutions, l'accueil familial se développe de plus en plus en campagne. Aujourd'hui, 20 000 personnes vivent ainsi en famille en France.

Michel dit "tonton", 90 ans,  et les deux Christelle, vivent ensemble dans la grande maison de Séverine, à Condeau. Alternative encore méconnue aux Ehpad et aux institutions, l'accueil familial se développe de plus en plus en campagne.
Michel dit "tonton", 90 ans, et les deux Christelle, vivent ensemble dans la grande maison de Séverine, à Condeau. Alternative encore méconnue aux Ehpad et aux institutions, l'accueil familial se développe de plus en plus en campagne. © Radio France / Charlotte Perry

Pendant six ans, Séverine a accueilli chez elle "mémère Janine". Hospitalisée suite à divers problèmes de santé, la vieille dame ne voulait pas finir ses jours seule à l'hôpital. Alors, Séverine l'a reprise chez elle et s'en est occupée jusqu'à la fin. Elle s'est éteinte au mois de juin, dans son lit, entourée de ses enfants que Séverine avait eu le temps d'appeler. Une fin de vie en douceur, accompagnée de sa famille, que les restrictions sanitaires n' aurait pas permise au centre hospitalier ou en institution.  

Après le départ de "mémère" Janine, Michel, dit "tonton", est arrivé. A 90 ans, le vieil homme refusait catégoriquement d'aller en Ehpad. Depuis un an, il vit chez Séverine avec les deux Christelle, toutes les deux diminuées suite à des AVC. Fin avril, elles partiront en vacances en Charente-Maritime avec Séverine. Voyages, restaurants, mariages, ou fêtes familiales, Séverine emmène ses accueilli(e)s partout avec elle, comme si c'était sa propre famille. Chacun aide à sa manière, s'adapte, et tous prennent soins les uns des autres.  

Séverine et Michel, chez eux, dans la maison familiale de Condeau (61), que Séverine a restauré et aménagé pour accueillir trois personnes.
Séverine et Michel, chez eux, dans la maison familiale de Condeau (61), que Séverine a restauré et aménagé pour accueillir trois personnes. © Radio France / Charlotte Perry

Pour son travail, Séverine est rémunérée par chacun des pensionnaires en fonction du niveau de dépendance (GIR). Actuellement, son salaire mensuel pour ses trois accueilli(e)s s'élève à 2600 euros nets.

Ce qui me prend le plus de temps, c'est le matin, les douches. Il faut compter une heure par personne. Parce qu'il faut les laver, mais aussi très bien les essuyer, et les hydrater. Après il y a le petit brushing, et pour les hommes le rasage. On ne peut pas avoir un chronomètre dans les mains, quand on travaille avec l'humain.

A lire pour aller plus loin: 

A (ré)écouter:

L'équipe
Contact