A 17 ans, Rebecca a passé une bonne partie de sa vie entre foyers et familles d'accueil. Issue d'une famille en grande difficulté sociale, elle tente tant bien que mal de se raccrocher à sa scolarité. Mais, parce qu'elle a fugué à de nombreuses reprises, elle est devenue une "incasable" de l'ASE.

Les travailleurs sociaux du Nord, réunis au sein du collectif Dégradé, accusent le conseil départemental d'avoir supprimé 700 places en foyer. Avec pour conséquence, l'impossibilité d'appliquer les mesures de placement ordonnées par les juges.
Les travailleurs sociaux du Nord, réunis au sein du collectif Dégradé, accusent le conseil départemental d'avoir supprimé 700 places en foyer. Avec pour conséquence, l'impossibilité d'appliquer les mesures de placement ordonnées par les juges. © Collectif dégradé

C'est à Tourcoing, dans l'appartement où vivent sa maman et son beau-père, que l'on rencontre Rebecca. Elle ne devrait pas y être, une ordonnance du juge pour enfant le lui interdit. Elle devrait être placée en foyer ou en famille d'accueil. Mais les places manquent cruellement et tout ce que peut lui proposer l'Aide Sociale à l'Enfance (ASE) du Nord, ce sont des places d'hébergement d'urgence pour une nuit ou deux. Alors, pour ne pas que sa fille, mineure, se retrouve à la rue, Virginie l'a reprise chez elle. Malgré les disputes et les bagarres, fréquentes et violentes, entre la mère et la jeune fille.

Ça me met en colère, mais je ne laisserai pas ma fille à la rue. J'ai su la mettre au monde, elle restera avec le temps qu'on lui trouve de l'aide. Ils ont fermé trop de places, il ne se sont pas rendus compte qu'il y avait beaucoup de gens en difficulté. Des adolescents, mais des parents aussi.

Depuis 2015, près de 700 places en foyers ont été supprimées dans le Nord, laissant nombre d'enfants que les services sociaux sont censés protéger sur le carreau. Pourtant, dans ce département où la population continue de payer le prix de la désindustrialisation et où la pauvreté touche près de 46% des familles, les enjeux sont énormes pour tenter d'enrayer la reproduction de schémas familiaux souvent empreints de violence. Une situation que ne cessent de dénoncer les acteurs de ce secteur, réunis au sein du Collectif Dégradé

Mobilisation du collectif Dégradé, le 20 novembre 2018, devant le Conseil départemental du Nord
Mobilisation du collectif Dégradé, le 20 novembre 2018, devant le Conseil départemental du Nord © Radio France / Charlotte Perry

En plaçant les enfants, l'Aide Sociale à l'Enfance à pour vocation de leur offrir un avenir meilleur et de faire cesser la répétition du malheur. Mais la défaillance de l'institution, et le manque de moyens humains et financiers, font qu'aujourd'hui 40% des enfants qui en sont issus se retrouvent à la rue à leur majorité. 

En attendant de trouver une place stable en famille d'accueil ou en foyer, Rebecca est donc en fugue chez sa mère. Elle a repris l'école, commence un stage, et garde espoir que la situation s'améliore.

A voir pour aller plus loin:

Programmation musicale
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.