Le 21 novembre 1995, Fabien Ghiloni, 20 ans, était assassiné par un autre jeune qui voulait lui voler son walk-man. Vingt ans plus tard, son père, Alain, est l'une des premières victimes à participer à des rencontres avec des détenus à la Maison Centrale de Poissy, dans le cadre du dispositif de justice restaurative.

Mises en place à partir de 2014 à la Maison Centrale de Poissy, où les détenus purgent des longues peines, les rencontres entre détenus et victimes sont une des mesure du dispositif de justice restaurative.
Mises en place à partir de 2014 à la Maison Centrale de Poissy, où les détenus purgent des longues peines, les rencontres entre détenus et victimes sont une des mesure du dispositif de justice restaurative. © Radio France / Charlotte Perry

Introduite en France par la Loi du 15 août 2014, la justice restaurative mise sur les rencontres entre détenus et victimes pour apaiser les souffrances, panser les plaies laissées béantes par le procès pénal et, in fine, restaurer le lien social. 

Car aussi longue soit la peine, les détenus ont vocation un jour à réintégrer notre société. Et si la prison abîme l’homme, le dialogue avec les victimes, lui, restaure l’humanité. Un préalable essentiel pour ne plus recommencer. 

C'est ce qui a motivé Alain Ghiloni pour participer à ces rencontres. Faire entendre aux détenus ce que vivent les victimes afin qu'ils prennent conscience des conséquences de leurs actes. Un travail qui n'est pas mesurable, ni quantifiable, mais dont les résultats s'observent, au fil des séances, dans l'attitude et le comportement des détenus.

Ce qui nous intéressait c'était de leur expliquer ce que l'on vit, ce qui se passe chez nous. Nous la plaie ne se referme jamais. Et de faire en sorte que le jour où ces gars là sortent de prison, ils ne recommenceraient pas. Après la vie... C'est malgré tout des humains. C'est aussi ce qui en est ressorti. Et que donc tout était possible.

Pratique ancestrale venue des Inuits et des Maoris, réintroduite dans le monde anglo-saxon dans les années 70 et expérimentée en France à la maison centrale de Poissy depuis 2010, la justice restaurative offre une autre vision de la politique pénale. Une autre vision que l'illusion du tout carcéral.

A lire pour aller plus loin:

A écouter:

Rencontres entre détenus et victimes. Episode 2: l'histoire de Thomas.

Programmation musicale
L'équipe
Contact
Thèmes associés