Nathalie est issue de la bourgeoisie très aisée du XVIème de Paris. Elle a fait une belle carrière, a beaucoup voyagé, et a conservé une élégance et un parlé propre aux milieux favorisés. Mais d'importants problèmes financiers l'ont conduite au 6ème étage, dans une chambre de bonne où elle vit depuis 15 ans.

Nathalie George, dans la chambre de bonne où elle vit depuis 15 ans
Nathalie George, dans la chambre de bonne où elle vit depuis 15 ans © Radio France / Charlotte Perry

Six mètres carrés cinquante c'est petit, très petit. Surtout lorsque l'on est férue de livres d'art et que l'on a une garde-robe bien fournie. Quand elle  été contrainte de quitter la maison qu'elle occupait pour s'installer dans une chambre de bonne, sous les toits de Paris, Nathalie George a dû se débarrasser des trois-quarts des affaires qu'elle avait emmenées. Car « l'espace, ça ne s'invente pas, quand on en a pas, on en a pas ». Et au 6ème, les toilettes sont sur le palier, il n'y a pas de cuisine, pas de salle de bain, juste un petit lavabo dans un coin. 

Je me souviens, c'était dans l'espèce de petite maison très mocharde que j'habitais encore, le soir avant de me coucher je regarde le tapis. Et je me dis, "mais attends, il va falloir que je vive dans un espace qui est plus petit que le tapis!" Donc sur le tapis, il va falloir dormir, s'habiller, manger, travailler, cuisiner. Ça peut donner le vertige.

Pour autant, Nathalie a refusé de se laisser submerger par le désarroi et la solitude. Alors, pour maintenir des liens et partager l'amour de la bonne cuisine et des réceptions, hérités de sa grand-mère Gigi, Nathalie organise les "dîners du 6ème étage" où elle convie ses voisins de palier. Avec une batterie de cuisine qui se résume au strict minimum et un réchaud posé à même le sol dans le couloir, elle ne cuisine plus des bœufs bourguignons ou des lapins sautés chasseurs, mais après tout, " un bon écrasé de patates avec des sardines à l'huile, c'est aussi bon qu'un homard à l'armoricaine!" L'important c'est d'avoir de bons produits et le sens du partage. 

Dans le couloir du 6ème étage, Nathalie cuisine sur un petit réchaud les soupes du quotidien et les dîners qu'elle aime partager avec ses voisins.
Dans le couloir du 6ème étage, Nathalie cuisine sur un petit réchaud les soupes du quotidien et les dîners qu'elle aime partager avec ses voisins. / Nathalie George

A Lire :

A Ecouter:

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.