Ce week-end, c'est Caroline Ostermann qui présente le 5/7, en remplacement de Dorothée Barba

En ce dimanche 1er mai, nous avons décidé de célébrer le travail... en paressant!

Aujourd'hui, la paresse s'apparente au refus ou à l'absence de travail. Mais il n'en a pas toujours été ainsi. Son origine, l'acédie , désignait le péché, la tentation de cesser de prier. Elle est plus tard devenue un vice, en basculant de la croyance religieuse à la croyance morale.

La paresse a donc une histoire et c'est à cette histoire qu'André Rauch a décidé de consacrer un livre "Paresse, histoire d'un péché capital". Ce matin, il a refusé de céder à la douce paresse de la grasse matinée pour venir nous en parler.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.