Alors que la saison 1 de la collection Duels s'achève avec la diffusion ce jeudi 22 mai à 21H35 du documentaire "Camus - Sartre, une amitié déchirée", Annick Cojean qui dirige cette collection et France 5 annoncent 17 documentaires sélectionnés pour Duels saison 2 qui seront diffusés à partir de janvier 2015....

Pour voir et revoir la collection 1

Retrouvez Duels sur Twitter

et sur france5.fr

Duels
Duels © Radio France

Notre invitée ce matin:

Annick Cojean

Jeudi 22 mai 2014 à 21.35 sur France 5

Duels

Camus-Sartre, une amitié déchirée

Camus-Sartre, une amitié déchirée
Camus-Sartre, une amitié déchirée © Radio France

Amis entre 1943 et 1951, Sartre et Camus vont se déchirer, à partir de 1952, en grande partie à cause de la guerre froide. En réalité, leur rupture s’apparente à un drame intellectuel et romanesque où l’émotion le dispute à la réflexion. Un duel de penseurs au cœur de leur siècle. Ces deux-là se sont aimés, mais se sont surtout opposés et haïs. Pour des raisons littéraires, philosophiques, politiques et personnelles. Examiner la relation entre Sartre et Camus, c’est d’abord parcourir l’histoire de la vie intellectuelle française du milieu du XXe siècle, et aussi considérer le sens de l’engagement. Leur conflit a marqué des générations d’intellectuels qui devaient choisir : être avec Sartre ou avec Camus. Deux philosophes qui ont commencé par s’observer de loin. Le jeune journaliste d’Alger, qui a grandi dans la pauvreté et n’a pu terminer ses études de philosophie à cause de la tuberculose, découvre le fils de bourgeois et brillant auteur de La Nausée et duMur à la fin des années 1930. « Camus trouve en Sartre une grande communauté philosophique, explique le philosophe François Noudelmann, dans cette manière de penser l’homme nu, devant inventer sa propre justification. » A son tour, lorsque Camus publieL’Etranger en 1942, Sartre le repère tout de suite comme un livre majeur, et en donne une explication qui, selon le professeur Gilles Philippe, « en orientera définitivement la lecture ». L’Occupation va les réunir. En 1943, lors de la première de la pièce Les Mouches écrite par Sartre, Camus vient le trouver. « Ils ont été immédiatement attirés l’un par l’autre, raconte l’historien des idées Ronald Aronson. Sartre, laid, à moitié borgne et toujours préoccupé de séduire les femmes, regardant le jeune homme beau et élégant qui se révèle être un super écrivain et un activiste politique sérieux. Camus regardant ce Sartre brillant avec un cerveau incroyable, génial, qui ne paye pas de mine, capable de parler de tout et de rien… » Sartre va ouvrir les portes du monde à Camus, et ce dernier celles de la Résistance, à travers le journal Combat , à l’auteur de L’Etre et le Néant .

Le combat de deux intellectuels engagés

Jusqu’en 1951, ces deux auteurs prolifiques et maîtres à penser de leur époque s’estiment, se fréquentent mais s’opposent déjà autour de l’engagement de l’intellectuel. En pleine guerre froide, les deux hommes cherchent une troisième voie – un socialisme européen. « Sartre accepte la réalité de la violence comme seul mode de changement vers un monde meilleur », quand Camus la refuse. « On est toujours avec ces deux hommes, précise Yves-Marc Ajchenbaum, historien du journal Combat , dans un mouvement de rapprochement-éloignement, de va-et-vient, de confiance-méfiance, qui va finir par exploser. » Un papier publié dans Les Temps modernes , la revue de débat créée par Sartre, critique avec virulence L’Homme révolté de Camus. Celui-ci en est profondément blessé. Selon le philosophe Raphaël Enthoven, «L’Homme révolté : c’est la possibilité pour la gauche de n’être pas révolutionnaire, alors que Sartre croyait avoir fait la découverte inverse. » La rupture survient lors de l’engagement du père de l’existentialisme aux côtés des communistes. « Pour Camus, le communisme n’est pas l’avenir, c’est le charnier. » Leurs échanges par publications interposées deviennent très acerbes. Ils ne se reverront plus. En 1957, Camus reçoit le prix Nobel de littérature pour La Chute , une critique de l’existentialisme, mais aussi un autoportrait où il reprend les objections formulées à son encontre par Sartre… Lors de sa mort prématurée en 1960, c’est Sartre qui lui rendra l’hommage le plus vibrant. Anne-Laure Fournier

Collection documentaire Durée 52’ Auteur-réalisateur Joël Calmettes Production Chiloé Productions, avec la participation de France Télévisions Année 2014

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.