A la fin des années 1970, l’anthropologue Philippe Descola est allé à la rencontre d’un peuple amérindien peu connu à l’époque : les Achuar. Les trois années qu’il a passé avec eux ont ensuite nourri sa réflexion sur les liens qu'entretiennent les humains avec les autres êtres vivants dans les différentes cultures.

Un Indien de Jivaro en Equateur. Chez les Jivaros Achuar de l'Amazonie.
Un Indien de Jivaro en Equateur. Chez les Jivaros Achuar de l'Amazonie. © Getty / Francois ANCELLET / Contributeur

Ils vivent  aux confins de l’Équateur et du Pérou, dans la forêt amazonienne. Ces amérindiens font partie des Jivaros.  Eux préfèrent se dénommer Achuar , les Gens du Palmier d’eau. Lorsque l’anthropologue Philippe Descola décide d’aller à leur rencontre, accompagné de son épouse Anne-Christine Taylor, en 1976, on sait peu de choses de ces hommes et des ces femmes que certains surnomment "les réducteurs de têtes".  C'est surtout cette appellation qui est bien réductrice.

Pendant 3 années Philippe Descola a vécu avec les Achuars dans la forêt amazonienne. Une longue enquête ethnographique qu’il raconte dans un ouvrages intitulé « Les lances du Crépuscules » aux éditions Terre Humaine.

Après ce voyage fondateur toute sa vie l’anthropologue s'est intéressé aux rapports qu'entretiennent les humains avec leur environnement, les animaux et les plantes. Les théories qu'il a développées ont marqué sa discipline et lui ont valu la médaille d'or du CNRS.

Pour aller loin

Programmation musicale

  • Il n'y a plus foule, Superbravo (2019)
  • How to disappear, Lana Del Rey (2019)
  • Late in the evening, Paul Simon (1980)

L'invité

Philippe Descola est anthropologue et ethnologue. Il a publié Les Lances du crépuscule en 1994 et occupe actuellement la chaire Anthropologie de la nature au Collège de France.

La référence

Les Lances du crépuscule, éditions Plon, 1994.

Programmation musicale
  • LOLO ZOUAI
    LOLO ZOUAIMoi2019
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.