Jean Echenoz
Jean Echenoz © Radio France / Elena Torre

Jean Echenoz est un homme qui rit en silence. Phénomène notable, quand soi–même on rit beaucoup trop fort.

Jean Echenoz a dû faire tomber trois ou quatre objets en une heure à peine. Ce dont on pourrait conclure hâtivement qu’il est maladroit. Ou que l’interview n’est pas forcément l’exercice dont il raffole.

Or, quand des trucs tombent, on regarde vers le sol à plusieurs reprises et j’ai pu noter que Jean Echenoz portaient des mocassins en peau tout neuf. Recevoir en chaussons serait l’exact opposé de l’homme qu’il est cela dit.

Après ces considérations essentielles, voici les infos, les vraies : Jean Echenoz a reçu le prix Médicis en 83 pour son deuxième roman Cherokee .

Il est lauréat du prix Goncourt en 1999 pour 9°roman, Je m’en vais - l’une des rares années où les critiques, les jurés et le public avaient l’air de s’être réconciliés.

Et cet automne, Jean Echenoz a publié 14 . Son 15° livre.__

14 , paru aux éditions de Minuit se déroule pendant la première guerre mondiale et on pourrait s’attendre à un roman fleuve.

Mais non : Cent vingt quatre pages à lire et à relire où l’on suit le destin de cinq Vendéens qui partent à la guerre. Qui n’y croient pas d’abord. Qui vivent l’horreur des tranchées ensuite. Et qui rentreront. Ou pas.

J’ai sonné. Echenoz a ouvert la porte et nous ne nous sommes rien dit ou presque jusqu’à ce qu’il soit face à moi. Avec mon micro rouge en main, je me suis souvenue d’un moment de son tout premier roman (Le Méridien de Greenwich) où il évoque un personnage qui fait de la radio. Echenoz écrit :

« C’était une voix jeune et mal assurée de speaker débutant ou remplaçant. On pouvait imaginer le phonateur, essoufflé et transpirant sur son micro, tripotant ses notes de ses mains moites, sous l’œil impavide d’un technicien figé derrière la vitre d’un studio.

  • Ici Radio Switzerland bafouilla le stagiaire. Comme chaque jour, voici deux heures de musique et de bonne humeur, avec tout de suite, Coco Schmidt, qui chante : « Pourquoi moi ? »

__

En fait, Jean Echenoz est écrivain et un jour, il a eu une émission de radio.

R. MANZONI

14 de Jean Echenoz
14 de Jean Echenoz © Radio France

4ème de couverture:

Cinq hommes sont partis à la guerre, une femme attend le retour de deux d’entre eux. Reste à savoir s’ils vont revenir. Quand. Et dans quel état.

La minute de solitude de Jean Echenoz :

Au cours de l'émission vous avez pu entendre :

  • Jacques Tardi, extrait l'émission Radio Libre d'Ali Badou (de 2009), au moment de la sortie "Putain de Guerre" , co-écrit avec l'historien J.P Verney.
  • Agnès Desarthe évoquant Flaubert, un extrait de l'émission Metropolis (Arte, 2010)
Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.