photo1
photo1 © Radio France
Vincent Lindon n’est pas du genre… à faire genre. « A mon âge, je fais ce qui me va ». C’est ce qu’il m’a dit. Vincent Lindon a 50 ans. Nous nous sommes retrouvés dans un salon de thé qu’il avait choisi, juste au dessus d’un cinéma. J’avais espéré qu’il annonçât EclectiK juste avant le générique de l’émission. Il a d’abord dit non. Je tenais donc mon micro dans le vide. Lui, regardait ses chaussures et il a dit… « C’était le journal de France Inter et maintenant, c’est EclectiK ! C’est dingue comme je ne sais pas faire» - air satisfait irrépressible de la journaliste. Nous étions donc assis au bord d’un canapé. Au bord pour souligner que nous n’étions pas affalés. Au bord pour être concentrés parce que Vincent Lindon est à fond. Prêt à bondir et à se mouvoir pour vous expliquer concrètement ce qui le passionne, à savoir : en quoi consiste son métier. Et puis il se rassoit, vous donne un coup de coude en disant : « voyez ce que je veux dire ? » Cette rencontre fut diffusée une première fois en Octobre 2009 pour la sortie d’un film de Stéphane Brizé. C’était "Mademoiselle Chambon". Depuis, Vincent Lindon a interprété un professeur en dermatologie dans un beau film de Delphine Gleize, c’est "La permission de minuit", long métrage sorti début mars qui n’a pas eu le destin qu’il méritait. Lindon médecin noue des rapports quasi filiaux avec l’un des gamins qu’il a pour patient. Et ce gars, d’une cinquantaine d’année qui incarne l’Homme - vous savez, le genre à porter des blousons de cuir un peu long avec le col relevé -Cet homme, donc vacille. Bref, il est recommandé de guetter la sortie DVD de "La Permission de Minuit". Cela dit reprenons : Lindon & moi - même assis côte à côté dans un café. En face de nous, il y a un projecteur de cinéma. Et derrière, un écran prêt à se dérouler. ### A l'affiche de "La permission de minuit" C'est une amitié hors normes. David (Vincent Lindon), a 50 ans, Romain en a 13... David professeur en dermatologie, fou de son métier, le soigne et l’opère depuis qu'il a 2 ans. Atteint d’une déficience génétique rare, Romain vit à l’écart de la lumière du jour. C’est "un enfant de la lune".
Les invités
Les références
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.