Autant commencer par le début non ? Le début c’est la ville d’Oran en Algérie. C’est là qu’est né Etienne Daho. En 1956. Et dans le livret de son tout premier disque figure une photo de lui petit, près d’un juke box, au Cap Falcon, en Algérie. L’Algérie de 56, c’est la guerre aussi. Un père qui l’abandonne, l’arrivée difficile en France et une enfance à Rennes entre maman et ses deux sœurs. Etienne Daho revient frontalement sur ce parcours dans son dernier album "L’invitation", sorti en 2007. La conversation que vous allez entendre a été enregistrée cette année là, entre le canapé et les étagères pleines de DVD de son salon. Depuis quelques semaines un live intitulé Daho – Pleyel – Paris est disponible. C’est la trace d’une tournée où il ouvrait ses concerts de dos, les jambes écartées et bien ancrées dans le sol. 7 musiciens sur scène dont 3 violonistes. Une ambiance et une gestuelle qui faisaient penser à des concerts de soul music. Sur Daho – Pleyel - Paris, figure aussi un duo entre Daho & Philippe Katerine. Dans un entretien qui les réunissait Daho expliquait qu’il s’était exilé quelque temps à Londres et qu’une rumeur avait couru, comme quoi il était mort. A son retour en France, une autre rumeur disait qu’en fait, le vrai Daho était mort et que lui était un faux. Et à Philippe Katerine de demander, mais alors, es – tu le vrai Etienne Daho ? Et l’autre de répondre : « ben je sais pas en fait ». Bon, ça n’a rien à voir, mais j’avoue ne pas avoir trouvé la transition pour : je vous souhaite une excellente année 2010.

programmation musicale

Etienne Daho et Philippe Katerine

le grand sommeil ### Etienne Daho

l'invitation ### Etienne Daho

les bords de Seine ### Etienne Daho

tombé pour la France

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.