Aujourd'hui, mardi 16 février 2016, Thérèse Clerc, la fondatrice de la Maison des Bagayagas à Montreuil, est décédée. Nous vous proposons de réécouter cet entretien réalisé avec Rebecca Manzoni pour l'émission Eclectik, alors que Thérèse Clerc venait de témoigner dans "Les Invisibles", un film sur les hommes et les femmes qui ont commencé à vivre leur homosexualité dans les années 1950.

Thérèse Clerc
Thérèse Clerc © Radio France / Editions des Femmes

Elle s’appelle Thérèse Clerc et on a simplement envie de dire : « Thérèse ».

Thérèse Clerc est l’une des personnes que l’on voit dans un beau film qui s’intitule Les Invisibles , de Sébastien Lifshitz et qui est édité en DVD cette semaine.

Les Invisibles , c’est le portrait d’hommes et de femmes qui ont commencé à vivre leur homosexualité dans les années 50. Et Thérèse, filmée dans son petit appart de Montreuil y parle de ses amours et de son combat pour les femmes.

Thérèse dit les vieux et pas les personnes âgées ou les séniors. Appeler un chat un chat, c’est son truc. Et 86, c’est son âge.

Thérèse Clerc vient d’inaugurer La maison des Babayagas, un lieu pour les vieilles qu’elle définit comme suit : « Nous, on ne veut pas une maison de retraite. On ne veut pas de bonnes femmes qui nous emmerdent pour faire la toilette à l’heure et le repas à l’heure. » La maison des Babayagas est endroit autogéré au cœur de Montreuil, la ville de Thérèse.

Elle était pieds nus, en haut de l’escalier de son immeuble. Elle a lancé : « vous êtes la bienvenue ! ». Et nous sommes entrées.

Rebecca Manzoni

La minute de solitude de Thérèse Clerc :

Les Invisibles, un film documentaire de Sébastien Lifshitz

Les Invisibles
Les Invisibles © radio-france /

Synopsis du film : Des hommes et des femmes, nés dans l'entre-deux-guerres. Ils n'ont aucun point commun sinon d'être homosexuels et d'avoir choisi de le vivre au grand jour, à une époque où la société les rejetait. Ils ont aimé, lutté, désiré, fait l'amour.Aujourd'hui, ils racontent ce que fut cette vie insoumise, partagée entre la volonté de rester des gens comme les autres et l'obligation de s'inventer une liberté pour s'épanouir. Ils n'ont eu peur de rien...

La bande-annonce du film Les Invisibles , de Sébastien Lifshitz

Au cours de l'émission, vous avez pu entendre :

  • La chanson Les nuits d'une demoiselle de Colette Renard
  • Un extrait du film Les Invisibles de Sébastien Lifshitz

    Evénement(s) lié(s)

Les invisibles

Les liens

La Maison des Babayagas

Les invités

Les références

L'équipe

Mots-clés :

(ré)écouter Eclectik Voir les autres diffusions de l'émission

Richard Morgiève

Serge Joncour

Christine Angot

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.