Nous avions rendez-vous au café « le Fumoir », près des tuileries, là même où Atiq Rahimi a écrit la 1ère phrase de son dernier roman « Syngué Sabour : Pierre de Patience ».ed POL Un prix Goncourt plus tard, le romancier retrouve sa table porte bonheur. Impossible de le manquer : Il porte le foulard des femmes afghanes autour du cou. Un Borsalino en feutre noir ou un Panama blanc d’Equateur. Des yeux clairs persans et des sourires qui ponctue des phrases sur des ailleurs pourtant pas vraiment meilleurs. Né en Inde, incarné en Afghanistan, puis réincarné en France, Atik Rahimi se trimballe toutes les valises de l’exilé culturel. Il écrit avec la douleur et la colère de son Afghanistan perdu. Avec toujours ce petit sourire en coin, comme pour dédiaboliser.

programmation musicale

MOLLY JHONSON

Lucky ### SAULE

Personne ### GOLDFRAPP

Lovely head

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.