André Dussollier Diplomatie
André Dussollier Diplomatie © Radio France / DR

André Dussollier aime jouer avec sa voix, avec ses yeux aussi. Des yeux d’un bleu vif lorsqu’ils se posent sur vous, des yeux qui vous attrapent. Et l’on sent alors l’homme entier .

André Dussollier n’aime pas les chiffres.

André Dussollier aime l’élégance le théâtre et le cinéma.

Il n’aime pas qu’on oublie un « L » à son nom ni quand le téléphone envahit l’espace public.

Il aime la montagne, dont il est originaire (la Haute Savoie), se presser un jus de pamplemousse pour démarrer la journée, et surtout, avoir le temps de bien préparer tout ce qu’il entreprend.

Le temps il l’a pris justement …. Arrivé à Paris à 23 ans, Conservatoire, passage éclair à la Comédie-Française. Puis, Théâtre, Cinéma (Truffaut, Rohmer, Rivette...) et une carrière qui éclate avec la comédie autour de la quarantaine (Trois hommes et un couffin ). Il a 3 César soigneusement cachés dans un placard. Et, longtemps abonné aux rôles ironiques, avoue aujourd’hui un penchant pur les personnages tranchants comme l’acier.

Et, bien sûr, il y a la rencontre avec Alain Resnais. La troupe, l’imaginaire, 7 films depuis La Vie est un roman en 1983. Le trio Dussollier Arditi et Azéma. Une palette de rôles étonnante, jusqu’au tout dernier Aimer boire et chanter , en salle prochainement

Depuis mercredi, André Dussollier est à l’affiche de Diplomatie un film de Volker Schlondorff dans lequel il incarne le consul Raoul Nordling, face au général Von Choltiz (Niels Arestrup). Cela se passe en août 1944. Une nuit pour sauver Paris.

J’avais donc rencontré André Dussollier un premier matin.

Un homme au téléphone. Un homme occupé. Entre un discours à préparer pour la cérémonie des César, un tournage imminent et les sorties de film.

Et puis…. La vie a fait son œuvre. Alain Resnais est mort.

André Dussollier m’a ré ouvert sa porte …

Emplis tous deux d’images de films c’était reparti. Un petit peu de pudeur, d’émotion. Et peut être de cette légère euphorie qui peut nous cueillir dans les moments douloureux.

Perrine MALINGE

La minute de solitude d'André Dussollier :

André Dussollier dans Aimer boire et chanter , dernier film de Resnais ( mars 2014)

andré dussollier Resnais
andré dussollier Resnais © Radio France / arnaud Borrel

André Dussollier avec Sandrine KIberlain

Dussollier Resnais 2014
Dussollier Resnais 2014 © Radio France

Diplomatie de V. Schlondorff, Bande annonce

La nuit du 24 au 25 août 1944. Le sort de Paris est entre les mains du Général Von Choltitz, Gouverneur du Grand Paris, qui se prépare, sur ordre d'Hitler, à faire sauter la capitale. Issu d'une longue lignée de militaires prussiens, le général n'a jamais eu d'hésitation quand il fallait obéir aux ordres. C'est tout cela qui préoccupe le consul suédois Nordling lorsqu'il gravit l'escalier secret qui le conduit à la suite du Général à l'hôtel Meurice. Les ponts sur la Seine et les principaux monuments de Paris Le Louvre, Notre-Dame, la Tour Eiffel ... - sont minés et prêts à exploser. Utilisant toutes les armes de la diplomatie, le consul va essayer de convaincre le général de ne pas exécuter l'ordre de destruction.

Aimer boire et chanter , d'Alain Resnais, Bande annonce ( film en salle le 26 mars 2014)

Au cours de l'émission vous pourrez entendre:

  • Un extrait de la cérémonie des JO de Grenoble en 1966 (archive INA)
  • Un extrait du film Les acteurs de Bertrand Blier (2000)
Les acteurs/ Blier
Les acteurs/ Blier © Radio France
  • Un extrait du film de Coline Serreau Trois hommes et un couffin (1985)
trois hommes et un couffin
trois hommes et un couffin © Radio France / DR
  • Un extrait du film Mélo de Resnais (1986) avec A. Dussollier S. Azéma et P. Arditi

Au début du film, le Monologue de Marcel Blanc :

  • Un extrait du film On connaît la chanson (1997) d’Alain Resnais, qui valu à André Dussollier un César
On connaît la chanson
On connaît la chanson © Radio France
  • Un extrait du film Les 400 coups de F. Truffaut (1959), avec Jean-Pierre Léaud
400 coups
400 coups © Radio France / MK2
  • Un extrait du film Une belle fille comme moi de F. Truffaut, avec Bernadette Lafont et André Dussollier
  • Un extrait deLa chanson des vieux amants de J. Brel
jacques Brel à la maison de la radio en 1966
jacques Brel à la maison de la radio en 1966 © Radio France / Jean-Claude Deutsch
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.