[scald=11777:sdl_editor_representation]Robert Guédiguian, est de Marseille. Ça, on sait. On sait aussi que son père était arménien. Mais l’on sait moins que sa mère était allemande… Et que le petit Robert n’hésitait jamais à mettre une mandale à quiconque l’aurait traité de sale boche pour sauver l’honneur de maman. Et voilà qu’à bientôt 56 ans, Guédiguian se retrouve à filmer l’histoire d’un poète arménien, Missak Manouchian. Manouchian qui prit la tête d’un groupe de jeunes résistants juifs, hongrois, polonais, roumains, espagnols, italiens, arméniens… contre l’occupant allemand… Aragon rendit hommage à ces résistants dans un poème magnifique intitulé L’affiche rouge, interprété plus tard par Léo Ferré. Et ça disait : « Nul ne semblait vous voir Français de préférence Les gens allaient sans yeux pour vous le jour durant. Mais à l’heure du couvre – feu des doigts errants avaient écrit sous vos photos MORTS POUR LA France ». ça vous a tout de même une autre gueule qu’un ministre de l’intérieur qui évoquerait l’origine maghrébine d’un militant UMP en déclarant : « Quand il y en a un, ça va. C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes ». Parfois, l’actualité se télescope cruellement. L'Armée du crime sera en salles dès mercredi### programmation musicale

Jacques Higelin

Crocodail ### J J Cale

Strange Day ### Cat Power

The Greatest ### liens

L'Armée du crime, le site

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.