Un peu d’histoire. 1981 est l’année des tous premiers épisodes de Dallas en France. L’année où le grand capital décide de fuir l’hexagone dès le 11 Mai. Et le jour même, Bob Marley disparaissait. Jean – Yves Lambert a alors 24 ans et il décide d’adopter le patronyme de Lafesse… dans un moment d’égarement peut - être. A 53 ans aujourd’hui, Jean – Yves Lafesse regrette sans doute de ne plus pouvoir s’en défaire. Mais il fait avec. Comme on fait avec une contrainte, comme on fait aussi avec un fond de commerce. Parce que Lafesse est associé aux impostures qu’il a commises. Les radiophoniques, parfois magnifiques, les télévisuelles, lorsqu’il parlait à l’extrêmité de son petit doigt raide avant que l’inspiration ne s’épuise. En tous cas, en ce début de XXI° siècle, des parcours comme celui de ce gars – là, il n’y en a plus guerre dans ce qu’on appelle « le paysage médiatique », bien propre jusque dans les coins. Lafesse est né en Bretagne à Pontivy et il dit « Les conneries m’ont sauvé la vie ». Traverser les magasins à vélos, hurler mort à De Gaulle en 68 alors qu’il n’était qu’en sixième. Et puis surtout, avoir 20 ans dans les années 80… ça n’était pas rien. Fumer tue n’était pas encore écrit sur les paquets de cigarettes et Jean - Yves avait commencé très tôt, dès le collège, pendant les cours d’EMT en fumant des tiges de rotin. Il fut punk, à Londres bien des années plus tard… pas sûr que sa santé s’en trouva meilleure. Avant, il fut militaire à Djibouti. Militaire là - bas parce qu’il avait lu Blaise Cendrars. Sauf qu’au bout de 7 mois il dut être rapatrié sanitaire. Lafesse, c’est la radio et son amour de la chose. La radio dont il connaît toutes les ficelles. La conversation qui suit eut lieu à l’hiver 2007 et Lafesse sait comment parler au micro. Entrer dans son personnage. En prendre le contrepied. Il me semble bien qu’en prenant le temps, Lafesse au micro, c’est pas du chiqué.

programmation musicale

Dionysos et Jean Rochefort

l'homme sans trucage ### Bird Paula

bird picnic ### The Clash

london calling

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.