Michel Bouquet est entièrement dévoué à l’interprétation du "Roi se meurt " de Ionesco au Théâtre des Nouveautés. On y va notamment pour le regarder, lui. Cette façon qu’il a d’osciller d’une seconde à l’autre entre le vieillard et le petit enfant pour jouer un homme de pouvoir qui refuse la mort.

Michel Bouquet Roi se meurt
Michel Bouquet Roi se meurt © Radio France

Michel Bouquet fut professeur au Conservatoire pendant une quinzaine d'années. Et pourtant, il a beaucoup hésité parce qu'il avait "peur de faire mal aux élèves". Peur de mal les guider. Parmi ceux qui l'ont eu comme prof, il y eut Muriel Robin ou Denis Podalydès.

Au micro de Rebecca Manzoni, il a évoqué son enfance et ses débuts de comédien et de professeur, Mitterrand mais aussi la pièce qu'il a joué plusieurs centaines de fois mais qu'il réinvente à chaque représentation : Le roi se meurt de Ionesco, "le plus grand auteur du siècle" selon lui. 

Extraits de l'émission :

Michel Bouquet : "On a l'impression que l'auteur du chef d'œuvre se retourne dans sa tombe exactement à la vitesse à laquelle la société évolue. Et il est toujours du bon côté. Il est toujours une réponse qu'on attend pas. L'œuvre de Ionesco est particulière dans ce qu'elle tient compte de cette génération continuelle du monde. Et c'est l'auteur le plus étonnant dans ce sens là. À chaque fois qu'on le joue, l'époque a changé, les conditions politiques sont différentes, etc et la pièce se retourne et a toujours une réponse, elle dit autre chose."

Au cours de cette émission vous pourrez entendre :

  • La voix d'Eugène Ionesco, au micro de Claudine Chonez (Ina) 1975
  • La voix de François Mitterrand extrait des Matins de France Culture en 1975 (Ina)
  • Un extrait de la pièce "Le roi se meurt " avec Michel Bouquet
  • Un extrait de la pièce "Le malade imaginaire " de Molière avec Juliette Carré et Michel Bouquet
  • Un extrait du film Toto le héros  de Jaco van Dormael (1991) dans lequel M. Bouquet dit le poème de Verlaine "Mon rêve familier"
  • Un extrait du film de B. Blier Les Côtelettes  (2003) avec Philippe Noiret
  • Un extrait du cours donné au Conservatoire par Michel Bouquet en 1986-1987 et édité par Frémeaux
  • Un extrait du film de Guédiguian "Le promeneur du champs de mars" dans lequel M. Bouquet incarne François Mitterrand__

Pour aller plus loin :

cd Bouquet Frémeaux
cd Bouquet Frémeaux © Radio France

Cours au Conservatoire anthologie (1986-1987)

Cez CD a reçu le Grand Prix In Honorem  2006 de l'Académie Charles Cros. 

“C’est à l’élève de travailler cette part de lui qu’on a découverte ensemble et qui, portée à son comble, va en faire un comédien remarquable, c’est-à-dire digne d’être remarqué”. Michel Bouquet

Comment un immense acteur comme lui affronte-t-il le temps ? Pour la première fois de sa vie, Michel Bouquet a durant cette décennie obtenu deux Césars, lui qui croyait avoir raté sa carrière au cinéma… Le comédien, qui n'a cessé une seconde de travailler, a-t-il changé au fils des années ? Comment parvient-il à faire de son âge une force, un défi ? Et de ses réflexions, de ses souvenirs, un terreau de plus en plus en fertile ?

C'est une mémoire bien singulière que la sienne, d'une acuité terrible, que seuls partagent les êtres d'exception. Elle est nourrie d'une résistance intérieure édifiée dans une solitude, où se mêlent l'imaginaire incandescent de l'enfance, la conscience aiguë et inquiète de l'homme, la passion douloureuse et insatisfaite de l'acteur. Ses rencontres avec Gérard Philipe, Jean Vilar, Blaise Cendrars, Jean Anouilh, Harold Pinter, Albert Camus, ou avec les cinéastes Jean Grémillon, Claude Chabrol, François Truffaut, Anne Fontaine, Robert Guédiguian l'auront juste aidé à creuser sa trace, sans la dévier. Le parcours de Michel Bouquet est une œuvre, comme le montre le théâtre, le vrai théâtre, dont il se veut le fidèle serviteur.

Evénement(s) lié(s)

Le roi se meurt 

Les liens

Théâtre des Nouveautés

Les invités
Les références
L'équipe