Nous avions rendez-vous à l’Hôtel Lutétia, c’est si chic, pour les vedettes étrangères de passage. 1 heure d’entretien pas plus, me voici donc 4ème journaliste de la journée marathon. Toni Morrisson est née dans cette Amérique noire des années 30 dominée par les blancs. Cheveux nattés à la dread locks, la romancière a accompagné la longue marche des noirs américains pour l’égalité des droits civiques. Du « I have dream » de Luther King au « Yes we can » d’Obama, elle a connu le 1er, puis soutenu le second. Avec cette révolte mélée de sagesse, elle qui se dit écrivaine et féministe, du côté de ces invisibles que l’histoire a zappé. Toni Morrison, éditrice du Black Power qui publia Angéla Davis et Mohamed Ali, poursuit son combat dans une littérature qui raconte l’esclavage, le racisme dans l’Amérique du tout est possible. Meilleur ou pire des mondes. Première femme noire à recevoir le Nobel de littérature, elle qui vient d’une famille d’ouvriers où les livres étaient réservés aux blancs. Madame Toni n’y voit là aucune revanche sur l’histoire. Juste le signe que les utopies peuvent se vivre de son vivant. Toni Morrison, pour son dernier roman « Un don » chez Christian Bourgois Editeur c’est le portrait d’Eclectik ce dimanche.

programmation musicale

Billie Holiday

Strange Fruit ### Emilie Loizeau

Sister ### Labi Siffre

I got the blues ### Raphael Saadiq

100 Yard Dash

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.