Bernadette Lafont
Bernadette Lafont © Georges Biard / Georges Biard

Des fois elle fait coulisser son regard et puis elle se mord la lèvre inférieure. Ça la raconte gourmande.

Au cours de cette conversation, Bernadette Lafont dira plusieurs fois « ah oui génial ! » pour évoquer un film, une pièce qu’elle a vue, ou la prestation d’une collègue.

Elle a l’élégance de faire croire que tout est une aventure, sans s’attarder sur ses drames ou ses bobos.

Bernadette Lafont a commencé au cinéma pour la toute première fois à l’âge de 19 ans. On était en 57 et c’est François Truffaut qui la regardait.

56 ans plus tard, après Chabrol, Truffaut ou Eustache, elle est sur les écrans avec Paulette , ancienne pâtissière recyclée en dealeuse parce qu’il faut bien joindre les deux bouts comme on peut. Le film est de Jérôme Enrico et il est dans les salles cette semaine.

A la fin du Roman de ma vie autobiographie bien troussée de Bernadette Lafont, il y a le texte d’un cinéaste qui s’appelle Philippe Garrel et il raconte :

« Une nuit, je t’ai attendue dans la voiture et tu es montée taper Chabrol de cinquante sacs. On a pris la route pour l’Allemagne, à huit dans un bus Volkswagen. On était mai 68, tout était perdu sauf le cinéma. (…) On s’est mis à faire un film dans la banlieue de Munich.(…) Il y a un truc qui est sûr, c’est que tu vas pas nous lâcher pour Hollywood. Je t’aime toujours . »

Bernadette Lafont m’a accueillie chez elle, entre cuisine et salon. Il y a des angelots potelés dans un ciel bleu, qu’un ami à peints sur son plafond. L’endroit n’a rien d’un musée. Et comme nous avons renoncé à causer accoudées au bar, j’ai dit : « je peux bouger les fauteuils ? »

Elle n’a pas dit non.

R. MANZONI

La minute de solitude de Bernadette Lafont :

Paulette, un film de Jérôme Enrico

Paulette Lafont
Paulette Lafont © Radio France / Lafont

La bande-annonce de Paulette

Au cours de l'émission vous avez pu entendre :

  • Un extrait du film Les Idoles, de Marc'O
  • Un extrait du film Paulette, de Jérôme Enrico
  • Un extrait du filmUne belle fille comme moi, de François Truffaut
  • Un extrait de la chanson_ "El Negro Zumbon"_ , tirée du film Anna, de Alberto Lattuada avec Silvana Mangano
  • Un extrait du film Les Mistons, de François Truffaut
  • Un extrait du film Et Dieu créa la femme , de Roger Vadim
  • Bernadette Lafont, qui chante Le Tango des matelots
Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.