"Je cherche une maison de disques. Je suis gentil, propre et bien élevé. J’ai écrit Manureva." On pouvait lire ce texte dans un clip d’Alain Chamfort en 2004 au moment où sa maison de disque lui a signifié : « Vous êtes bien aimable mais vous ne vendez pas assez". Notez que je ne suis pas sûre de l’emploi du vouvoiement. Quoiqu’il en soit, pas d’esprit de revanche, ni de combativité hargneuse chez Chamfort, mais le souci de composer toujours des chansons qui font fredonner. Qui font danser. Et bien plus si affinités. Curieux comme cet homme n’entre pas dans les catégories balisées des chanteurs de variété française. Pas rebelle. Pas hurleur. Pas franchouillard. Pas le genre non plus à s’époumoner pour dire soit aux femmes qu’il les aime soit à ces amis qu’il leur donne rendez – vous dans 10 ans. On le dit élégant. C’est sûr. Séducteur. Certes. Mais évitant à coup sûr la facilité d’un : « Vous reprendrez bien un drink Mademoiselle ». Je vous propose donc d’écouter une conversation qui eut lieu : autour d’une table de cuisine et de quoi? D’un café, d’un whisky. Non, Chamfort s’est fait une infusion. Quand j’vous dit que ce gars là ne fait rien comme tout le monde... Il signe aujourd’hui la musique et l’interprétation d’un album qui s’intitule « Une vie Saint Laurent ». J’ajouterais que les paroles sont signées Pierre – Dominique Burgaud et que de la première à la dernière chanson, on entre dans la vie Yves Saint Laurent. Alors ? Alors pour commencer, en voici une première idée. Les débuts de Saint Laurent chez Dior. L’invention du smoking pour dames. La drogue, la dépression, mais d'abord la naissance de Saint Laurent. En 1936, au Nord de l’Algérie à Oran.

programmation musicale

Alain Chamfort

les muses ### The Stranglers

golden brown ### Alain Chamfort

à la droite de Dior ### Alain Chamfort

ce ne sera pas moi ### liens

Une Vie Saint Laurent sur vente-privee.com

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.