Serge Joncour
Serge Joncour © Radio France / David Ignaszewski

Quand j’ai rencontré Serge Joncour en Août 2012, il se mettait à l’écriture du roman qui sort à la fin de ce mois–ci. Le titre : L'écrivain national . C'est comme ça que le maire de la petite ville où il est en résidence d'écriture surnomme le personnage principal du roman. Ce personnage se prénomme Serge lui aussi et il enquête sur un meurtre qui a eu lieu dans le coin. Au sujet de ce livre, Serge Joncour a dit : « L'écrivain national, c'est la façon dont est présenté le personnage au début, avec un soupçon d'ironie. Parfois il y a des maires qui vous invitent et qui n'en ont pas vraiment envie. Ils préfèreraient un footballeur mais il faut faire plaisir aux maîtres d'école. Ce sera le prochain roman. »

J’ai rencontré Serge Joncour chez lui mais il a laissé le nom d'un autre sur la porte d’entrée. J'ai poussé la porte, c’était ouvert. Il était en marcel et pantalon blancs. C'était l'été 2012.

6ème épisode de cette série d'EclectiK consacrée aux écrivains, c'est Serge Joncour.

R. Manzoni

  • "L'amour sans le faire ", 2012, éditions Flammarion.
L'amour sans le faire S Joncour
L'amour sans le faire S Joncour © Radio France

Après dix ans de silence, Franck téléphone un soir à ses parents. Curieusement, c'est un petit garçon qui décroche. Plus curieusement encore, il s'appelle Alexandre, comme son frère disparu des années auparavant. Franck décide alors de revenir dans la ferme familiale. Louise, elle, a prévu d'y passer quelques jours avec son fils. Franck et Louise, sans se confier, semblent se comprendre. « On ne refait pas sa vie, c'est juste l'ancienne sur laquelle on insiste », pense Franck en arrivant. Mais dans le silence de cet été ensoleillé et chaud, autour d'un enfant de cinq ans, « insister » finit par ressembler à la vie réinventée.

L'Amour sans le faire , c'est une histoire de la tendresse en même temps qu'un hymne à la nature, une nature sauvage, imprévisible, qui invite à changer - et pourquoi pas à renaître.

A découvrir également:

"Situations délicates" Serge Joncour
"Situations délicates" Serge Joncour © Radio France
  • Situations Délicates , éditions J'ai lu, 2003

«Le plus incongru c'est qu'ils te le fassent en anglais. Tu n'as rien d'anglais, à part les chaussettes peut-être, et pourtant c'est en anglais qu'ils te célèbrent, à croire qu'Happy soit plus festif que Joyeux, et que le Birthday sonne mieux.»

C'est un ami de vingt ans. Il est face à vous, son sourire béat vous avait inquiété: il vous annonce qu'il vient de rencontrer Dieu. Vous vous retrouvez dans l'espace exigu d'un ascenseur face à une parfaite inconnue. Vous égrenez alors les secondes, ébauchant un sourire gêné et des mouvements gauches.

Vous adorez les échecs et vous acceptez de jouer avec ce gamin de neuf ans, qui vous bat en beauté. Vous essuyez les commentaires de la belle-famille, vous enragez...

En quarante-cinq tableaux précis et impitoyables, et sans jamais se départir d'un humour caustique, Serge Joncour débusque ces moments de gêne qui paralysent le quotidien.

Vu S Joncour
Vu S Joncour © Radio France
  • VU est paru aux éditions Le Dilettante en 1998

Prix France Télévisions

Vu le calme qui régne dans la région, vu l'ennui permanent qui y rôde, on aura quelque indulgence quant aux façons de se distraire. Ici, de loin en loin, la grippe des uns alimente le feuilleton des autres, les fièvres donnent lieu à toutes sortes de supputations, et le facteur fait de la visite. Ici les conversations explorent guère, et pour peu que tout aille bien, pour peu que tout le monde soit en forme et qu'on renonce à mourir, alors il n'y a plus rien à se dire. Sinon il y a la télévision bien sûr, mais depuis que les feuilletons sont sans suite, depuis que les épisodes s'enchaînent sans plus du tout chercher à se répondre, il n'y a même plus lieu de conjecturer sur le devenir des situations.

A Paraître

  • L'écrivain national,fin août 2014, Flammarion __
l'écrivain national
l'écrivain national © Radio France / flammarion

Le jour où il arrive en résidence d’écriture dans une petite ville du centre de la France, Serge découvre dans la gazette locale qu’un certain Commodore, vieux maraîcher à la retraite que tous disent richissime, a disparu sans laisser de traces. On soupçonne deux jeunes « néoruraux », Aurélik et Dora, de l’avoir tué. Mais dans ce fait divers, ce qui fascine le plus l’écrivain, c’est une photo : celle de Dora dans le journal. Dès lors, sous le regard de plus en plus suspicieux des habitants de la ville, cet « écrivain national », comme l’appelle malicieusement monsieur le Maire, va enquêter à sa manière, celle d’un auteur qui recueille les confidences et échafaude des romans, dans l’espoir de se rapprocher de la magnétique Dora.Dans une atmosphère très chabrolienne, Serge Joncour déroule une histoire à haute tension : les quelques semaines de tranquillité que promettait ce séjour d’écriture se muent, lentement mais sûrement, en une inquiétante plongée dans nos peurs contemporaines.

Au cours de l'émissions vous aurez pu entendre :

  • Des lectures des livres "L'amour sans le faire" (Flammarion) et "Situations délicates" (J'ai lu)

  • La voix de Marguerite Duras interviewant le jeune François (6 ans) au cours de l'émission TV "Comme il vous plaira" (1967)

  • Un extrait du film "Les valseuses" de Blier, (1974)

  • Un extrait du film "Beau père" de Blier en 1981, avec P Dewaere

Le roman "L'idole" de serge Joncour a fait l'objet d'une adaptation cinématographique sous le titre "Superstar" par Xavier Giannoli.

L'idole S. Joncour
L'idole S. Joncour © Radio France

L'idole , Flammarion, 2004

Un matin, Georges Frangin, un chômeur inconnu, réalise qu'il est devenu célèbre sans raison. Il signe des autographes dans la rue, les gens l'observent et le montrent du doigt et pourtant il n'est ni acteur, ni chanteur, ni homme politique. Grand prix de l’humour noir Xavier-Forneret 2005.

Bande annonce de SuperStar de X.Giannoli

la minute de solitude

Les liens

Les éditions Flammarion

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.