C’est un jeune homme qui écoutait religieusement la voix de Gérard Philipe dans Les Caprices de Marianne, gravé sur disque vinyle. Bien des années plus tard, le même jeune homme interpellait Valérie Lemercier dans le film Palais Royal en disant : « Magne–toi la chatte, on est à la bourre ! » Lambert Wilson est donc ce comédien que l’on retrouve à la fois dans une superproduction hollywoodienne telle que Matrix, et comme metteur en scène d’une pièce de Musset, Marivaux ou Racine. J’ai commencé à parler de lui en disant « jeune homme », ce qui n’est plus tout à fait exact puisqu’il a "50 balais" comme il dit. Cependant, il faut convenir qu’il les porte extrêmement bien. Lambert Wilson est beau. Il en a eu longtemps le souci et il s’en fout – ou presque – aujourd’hui. Son père s’appelle Georges Wilson, acteur et metteur en scène qui dirigea le Théâtre National de Chaillot. Lambert voyait le théâtre comme un château, papa en était le roi et un jour, il hériterait logiquement de tout ça. Disons que ce fut plus compliqué que ça. Quoiqu’il en soit, Lambert Wilson est comédien, metteur en scène et chanteur aussi. En ce moment, il répète A Little Night Music, une pièce de théâtre musicale, signé Stephen Sondheim, qui se jouera du 15 au 20 février au Théâtre du Châtelet à Paris. Je suis arrivée pendant une répétition. Et je puis vous dire qu’un chanteur-comédien, ça ne vit pas que d’amour et d’eau fraîche.

programmation musicale

Coeur de pirate

pour un infidèle ### The fugees

ready or not ### Sade

soldier of love ### liens

A Little Night Music au Théâtre du Chatelet

La Fausse Suivante au Théâtre des Bouffes du Nord

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.