Bernadette Lafont
Bernadette Lafont © Georges Biard / Georges Biard

Dans un beau livre intitulé Bernadette Lafont, une vie de cinéma qui vient de paraître aux éditions Atelier Baie, Bernadette Lafont cite Cocteau : «Les morts sont comme les vivants, sauf qu’ils ne sont pas là ».

Bernadette Lafont est décédée le 25 Juillet dernier mais elle est encore là, dans Attila Marcel , un film de Sylvain Chomet toujours dans les salles. Elle y interprète une aristo, prof de danses de salon. Un rôle à l’opposé de Paulette , une mamie qui deale du haschich parce qu’il faut bien manger.

C’est à l’occasion de Paulette que j’avais rencontré Bernadette Lafont et je vous propose la réécoute de cette conversation pendant laquelle elle dira plusieurs fois : « Ah oui génial ! ».

« Ah oui génial ! » Pour évoquer un film, une pièce qu’elle a vus, ou la prestation d’une collègue. Elle avait l’élégance de faire croire que tout était une aventure, sans s’attarder sur ses bobos ou ses drames. Elle faisait coulisser son regard, se mordait la lèvre inférieure et ça la racontait gourmande.

Bernadette Lafont a commencé au cinéma pour la toute première fois à l’âge de 19 ans. On était en 57 et c’est François Truffaut qui la regardait.

A la fin Du roman de ma vie, son autobiographie bien troussée, il y a le texte d’un cinéaste qui s’appelle Philippe Garrel et il écrit :

« Une nuit, je t’ai attendue dans la voiture et tu es montée taper Chabrol de cinquante sacs. On a pris la route pour l’Allemagne, à huit dans un bus Volkswagen. On était mai 68, tout était perdu sauf le cinéma. On s’est mis à faire un film dans la banlieue de Munich. Il y a un truc qui est sûr, c’est que tu vas pas nous lâcher pour Hollywood. Je t’aime toujours. »

Un jour de janvier, Bernadette Lafont m’accueillait chez elle, entre cuisine et salon. Des angelots potelés étaient peints au plafond. Et comme nous avons renoncé à mener cette conversation accoudées au bar, je me suis permise de changer un peu la déco.

REBECCA MANZONI

La minute de solitude de Bernadette Lafont :

Attila Marcel, de Sylvain Chomet, en salle depuis le 6 novembre 2013

Bande annonce

Paulette, un film de Jérôme Enrico

Paulette Lafont
Paulette Lafont © Radio France / Lafont

La bande-annonce de Paulette

Au cours de l'émission vous avez pu entendre :

  • Un extrait du film Les Idoles, de Marc'O
  • Un extrait du film Paulette, de Jérôme Enrico
  • Un extrait du filmUne belle fille comme moi, de François Truffaut
  • Un extrait de la chanson_"El Negro Zumbon"_ , tirée du film Anna, de Alberto Lattuada avec Silvana Mangano
  • Un extrait du film Les Mistons, de François Truffaut
  • Un extrait du film Et Dieu créa la femme , de Roger Vadim
  • Bernadette Lafont, qui chante Le Tango des matelots

Pour aller plus loin:

Vient de paraître le très beau livre :

Bernadette Lafont une vie de cinéma , par Bernard Bastide, éditions Atelier Baie

Bernadette Lafont livre
Bernadette Lafont livre © Radio France

Bernadette Lafont a mené sa vie tambour battant, libre, passionnée et attachante ; plus particulièrement sa vie d’actrice, exigeante, professionnelle et toujours émerveillée d’être devant les caméras.

Dans ce beau livre, très illustré (500 documents et photos), elle retrace avec Bernard Bastide, historien du cinéma et fidèle complice, sa carrière impressionnante. Elle évoque aussi son enfance et ses premiers pas dans le monde du cinéma.

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.