Dalle Béatrice (bye bye Blondie)
Dalle Béatrice (bye bye Blondie) © Radio France

Béatrice Dalle est arrivée en gros godillots, jeans, sweat - shirt à capuches et surtout avec un très gros chien qui devait m’arriver à l’aine. Je vous le dis tout de suite, je n’ai pas eu envie d’aller vérifier. Béatrice Dalle n’est donc pas une femme à caniche. Il est vrai qu’on s’en serait douté. Le chien était tenu en laisse par un homme jeune et par ailleurs charmant. « Mon mari » a dit Béatrice. Et elle est entrée. Seule.

Un peu plus tard, elle passait commande du dîner du soir à son bonhomme en minaudant d’une voix de petite fille dans son portable. Cette voix. Douce parfois, rauque souvent, qui cadre avec le personnage de la Dalle et preuve qu’elle ne s’est pas nourrie que du boulgour et de brocolis vapeur.

C’est une femme qu’on ne peut que regarder. Pas à cause de la célébrité, mais pour sa façon d’occuper la place, de ne s’embarrasser de rien. D’être elle. Point. Et ça n’est pas négociable.

En regardant l’affiche de Bye Bye Blondie , le film de Virginie Despentes qui est en salles depuis mercredi, elle m’a dit : « Même mes mains sont retouchées sur cette photo. Là, on a l’impression que j’ai des mains de pianiste alors qu’en vrai j’ai les mains de Jean Gabin ».

Bye Bye Blondie, titre d’un roman signé Virginie Despentes et aujourd’hui titre d’un film signé de la même Virginie avec Emmanuelle Béart et Béatrice Dalle.

Béart et Dalle pour incarner l’histoire de deux filles qui se sont aimées passionnément dès l’adolescence. La vie les éloigne radicalement. Elles se retrouvent et vont lutter, l’une contre l’autre puis l’une avec l’autre pour s’aimer comme avant.

Pour EclectiK Béatrice Dalle m’avait donné rendez – vous dans un dans un petit hôtel du centre de Paris, pas loin de chez elle. A cette heure là l’endroit était fermé. Mais le serveur nous a ouvert parce que c’était elle évidemment. Elle vient là souvent. Elle est dans EclectiK pendant une heure.

R. Manzoni

Bye bye Blondie :la bande annonce

Au cours de l'émisssion vous avez pu entendre:

  • Un extrait du film "La vengeance d'une femme" (1990) de Jacques Doillon, avec B Dalle et Isabelle Hupppert

  • La voix de Brigitte Bardot, interviewée à Cannes en1955 (INA)
  • La voix de Virginie Despentes, écrivain auteur de Bye Bye Blondie
La vengeance d'une femme (Doillon)
La vengeance d'une femme (Doillon) © Radio France

Béatrice Dalle évoquer son goût pour:

  • Le Lacrimosa du Réquiem de Mozart
Mozart
Mozart © Radio France
  • Le septième sceau , d'Ingmar Bergman (1956)
Le septième sceau
Le septième sceau © Radio France
  • Accatone de Pasolini (1961)
Accatone de Pasolini
Accatone de Pasolini © Radio France

Les références

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.