Audrey Pulvar, 1ère présentatrice noire à présenter les journaux sur LCI, la 1ère du Soir 3, la 1ère du 19/20…. La 1ère aussi à ne pas toujours en rire. Pas dupe de ce marché de dupe. Pas dupe d’être une caution médiatique qui cache la forêt des vrais invisibles moins télégéniques. Parce que y’a pas que la télé dans la vie, ce jour-là, pas de JT. C’était RTT, c’était ciné : 2 toiles sinon rien avec Audrey Pulvar dans le rôle de la maman. Une maman multi-tâches qui sait caler une interview durant la pause pop-corn. Sa fille d’une dizaine d’années avait prévu son cahier de leçon pour patienter. Nous avions rendez-vous dans un cinéma près de la bibliothèque François Mitterrand. Détail qui n’échappera pas à ceux qui lui ont reproché de jouer la porte voix des gauchistes syndicalistes de France 3. Gauchistes syndicalistes, quel vilain mot. Ajouter à cela : femme, connue, compétente, jolie et noire : ça peut défriser. On a même fait d’ Audrey Pulvar, la journaliste qui fait bafouiller Sarkozy. Bigre ! ça fait beaucoup pour une seule femme. De la Martinique à la défense de l’audiovisuel public, De Fort de France à l’esplanade Henri de France, c’est le portrait d’Audrey Pulvar dans Eclectik.

programmation musicale

Alexis HK

Les Affranchis ### Gil Scott-Heron

The Bottle ### Gonzales/Guesh patti

Dans tes yeux

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.