photo1
photo1 © Radio France
Avec Alain Cavalier, nous avions convenu ensemble d’un rendez – vous dans son studio de travail. Il habite juste à côté. Et à côté il y a Françoise. La femme qui monte ses films. La femme avec qui il traverse la petite courette qui sépare leur appartement de l’endroit où ils font du montage. Du cinéma, encore et toujours du cinéma. Françoise, sa femme, que vous n’entendrez pas ici mais qui est au cœur d’un film qui s’intitule La Rencontre. Et d’ailleurs, La Rencontre existe en DVD dans un beau coffret qui réunit aussi Ce répondeur ne prend pas de messages et le Filmeur. Noël est passé, je sais. Les temps sont à la prescription, je sais aussi : sélection des beaux livres, des beaux ceci, des beaux cela. Merde alors. Mais bon, voilà, il est encore temps de troquer quelques unes des saloperies que vous avez ouvertes au pied du sapin en disant : « ah merci », contre les beaux films de Cavalier. Il y a pas mal d’années, il a réalisé « l’Insoumis » avec Delon, « La Chamade », avec Deneuve, « Le plein de super », « Thérèse ». Et à ce jour, il fait des films sans comédien, sans équipe et sans les paillettes du cinéma, mais avec ce qu’il est et ce qu’il sent. Ce sont ces films là qui sont dans le coffret sus – cité. Alors je vous propose de réécouter une rencontre qui eut lieu à l’automne 2009, à l’occasion de la sortie du film Irène. Irène c’est la mémoire d’un amour. Et Alain Cavalier l’a perdu brutalement. D’ici 11h, Irène s’invitera donc dans la conversation parfois. Pour le rendez – vous de ce matin, je suis arrivée magnéto en bandoulière et Alain Cavalier s’en est très vite saisi pour l’examiner. Avec cet homme là, il arrive toujours des trucs pour la première fois.
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.