Je l’ai rattrapé au vol, dans la rue, pour lui faire prononcer cette phrase : prochain rendez – vous avec l’information dans une heure, etc… Jean – Pierre Bacri avait la main sur la portière, l’autre sur le capot et un pied déjà dans la voiture.( Jean – Pierre Bacri est un impatient). Et puis il a dit : « rentrez vite vous allez prendre froid ». Et il a filé, après un peu plus d’une heure de conversation, dans le salon d’un hôtel de Saint Germain des Prés. Bacri s’agace de l’adjectif bougon qu’on lui accole. On le réduit à cet adjectif, ça l’énerve et, bougon, il l’est encore davantage. Quoiqu’il en soit, le bonhomme est fait de ses emportements, moteurs de l’écriture d’un film, emportements qu’il prend un plaisir évident à dialoguer, puis à jouer lorsqu’il travaille avec Agnès Jaoui. Mais on oublie parfois que ce qui lie certains des personnages de Bacri de films en films - d’Un air de Famille de Cédric Klapisch aux Sentiments de Noémie Lvovski en passant par Adieu Gary, de Nassim Amaouche - ce qui les lie, c’est le désarroi. Le gars perdu, qui se raccroche à ce qu’il peut pour tenir debout et pour vivre au milieu des autres. Dans un long métrage qui sort en salles la semaine prochaine, on est encore dans un autre registre. Jean – Pierre Bacri interprète le patron d’un grand hôtel. Dans cet hôtel, l’un des employés est un gamin qui sort de prison. Et le cœur du film c’est ça : la relation entre ces deux hommes, faite de manipulation, de fascination, d’affection et de rapports de classe. Le film s’intitule Avant l’aube et c’est aussi le parcours d’un garçon qui essaie de devenir autre chose que ce à quoi il était destiné. Autant de thèmes qui touchent Jean – Pierre Bacri professionnellement. Et je me le dis aujourd’hui, personnellement aussi. Avant l’Aube sort en salles mercredi prochain et c’est vraiment bien. Je le dis d’autant plus facilement que l’invité de ce jour n’est pas du genre à faire de la retape. Avant l’aube est le deuxième long métrage d’un jeune cinéaste qui s’appelle Raphaël Jacoulot. Il explique que dans le film, la première scène de Bacri est une colère. Comme ça, c’est fait. Et on peut passer ensuite à autre chose. En fait, c’est un peu comme cette émission je crois.

AVANT L'AUBE : BANDE-ANNONCE 'Bacri, Rottiers'

Avant L'aube

Avant l'aube Un film de Raphaël Jacoulot. Avec Jean-Pierre Bacri, Vincent Rottiers, Ludmila Mikaël, Sylvie Testud, Céline Sallette. Sortie le 2 mars 2011.

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.