Richard Berry
Richard Berry © radio-france / Richard Ray

Aujourd’hui, c’est donc Berry. Richard.

Il faut l’imaginer dans ce que j’appellerais un jogging, avec un chat dans son cou, comme s’il portait un boa. Ce n’est pas du tout comme ça qu’il nous reçoit, je vous rassure tout de suite, mais il s’agit là d’une vision de Richard Berry, dans l’une des scènes du film Rue Mandar , en salles depuis mercredi.

Rue Mandar est une comédie autour d’un thème pas forcément drôle à priori : les funérailles de la mère juive d’un frère et de deux sœurs, interprétés par Richard Berry, Emmanuelle Devos et Sandrine Kiberlain. Ce qu’il y a, c’est que l’enterrement est burlesque dès le départ et que chacun des membres de la fratrie va faire avec les moyens du bord pour franchir l’épreuve et passer à une autre étape de la vie.

Richard Berry y propose en tous cas un registre qu’on ne lui a pas vu si souvent. Il en est heureux et je ne vous en dis pas plus que ça.

Il a ouvert la porte. Il était chic avec sa mèche grise. Il rentrait d’une journée de travail et il faisait déjà nuit.

Ce numéro d’EclectiK a donc eu lieu dans le bureau de Richard Berry, à côté de dossiers sur lesquels était écrit « Tout, tout de suite », le titre de son prochain film en tant que réalisateur.

Canapé. Verre d’eau et une première question qui n’est pas posée par la journaliste.

R.MANZONI

La minute de solitude de Richard Berry :

Rue Mandar , un film d'Idit Cébula

Rue Mandar
Rue Mandar © Radio France / Idit Cébula

La bande-annonce de Rue Mandar

Au cours de l'émission, vous avez pu entendre :

  • Un extrait du filmLe Petit Prince a dit de Christine Pascal
  • Un extrait du film La Balance de Bob Swaim
  • Un extrait du film Une chambre en ville de Jacques Demy
  • La voix de Christine Pascal, extraite de l'émission Projection Privée sur France Culture en 1992
Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.