Le chanteur, né de parents grecs à Alexandrie, est mort tôt jeudi matin à l'âge de 79 ans. Figure incontournable de la chanson française, il s'était aussi illustré comme artiste engagé, notamment en mai 68.

"L'homme descend du songe", disait Georges Moustaki. Passionné de littérature et de chanson dès son enfance, il en deviendra l'un des représentants les plus illustres. Arrivé à Paris en 1951, il est tour à tour journaliste, barman, avant d'entendre pour la première fois Georges Brassens, qu'il considère comme son maître. Il prend même son prénom, comme un hommage.

Brassens va introduire le jeune homme dans le monde des cabarets parisiens. Il y croise Dalida, Jean-Claude Brialy, Harry Belafonte, Jean Paul Sartre ou encore Simone de Beauvoir

En 1958, il rencontre un autre monstre sacré de la chanson, Edith Piaf. Elle deviendra son amante et il écrira pour elle l'une de ses plus célèbres chansons, "Milord".Il va ensuite écrire pour Yves Montand, Serge Reggiani ou encore Barbara. Avec cette dernière, il chantera en duo "La Longue Dame brune".

Vient mai 68, où il écrit "Le Métèque", ballade romantique sur un étranger sans attaches, un "Juif errant, un pâtre grec". C'est un succès international qui le rendra célèbre.Artiste engagé, il le sera à nouveau en 2012 lors de l'élection présidentielle. Il apporte alors son soutien au candidat du NPA, Philippe Poutou.

En 2010, un prix portant son nom a été créé pour récompenser un album autoproduit ou indépendant. En 2011, il annonce à la presse qu'il est définitivement incapable de chanter, suite à des problèmes respiratoires.

> (Ré)écoutez

[La librairie francophone](http://www.franceinter.fr/emission-la-librairie-francophone-laurent-schweizer-philippe-labro-cedric-rassat-et-raphael-gauthey) [Le carrefour de la culture de Vincent Josse](http://www.franceinter.fr/emission-le-carrefour-de-la-culture-le-carrefour-de-la-culture-du-24-mai) [La prochaine fois, je vous le chanterai](http://www.franceinter.fr/emission-la-prochaine-fois-je-vous-le-chanterai-hommage-a-georges-moustaki) La chronique hommage de François Morel
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.