Bon, je crois que je vous ai déjà encouragés à lire cette revue qui s’appelle Décapage. Mais bon, ce n’est pas grave. Un nouveau numéro vient de sortir. Avec toujours le même slogan, chroniques décapantes, rencontres inattendues et autres bonnes nouvelles.

Cette fois, un dossier « tout à fait passionnant » comme aurait tenté de vous convaincre Nicolas Demorand ; Il s’appelle « mes livres, mes proches et moi » et aborde cette question qui terrorise tout écrivain ,qui écrit forcément de près ou de loin sur ses proches et sa famille ; est-ce que je vais me faire engueuler, où ça ira ?

Franz Olivier Giesbert dit qu’on écrit, on a ni famille, ni ami. Mais c’est dur. Lionel Duroy, est fâché depuis 20 ans avec tous ses frères et sœurs depuis la publication d’un roman familial « priez pour nous ». Decapage publie entre autres un texte de la romancière Nathalie Kuperman, qui raconte dans quel état elle était, alors qu’elle avait demandé à sa sœur de lire un manuscrit, dont l’héroïne partageait avec elle un même et grave tourment.

décapage
décapage © Radio France

Voilà rien que pour ce texte de Nathalie Kuperman , vous pouvez acheter et lire l’excellente revue Décapage publiée par les éditions Flammarion.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.