Dans ce roman, j’ai retrouvé un mot que j’avais oublié, l’amativité. La capacité à aimer.

Pierre est un jeune homme normal, il a été élevé dans les années 80 par une famille la plus banale possible, sauf que son grand-père Marcel était un salaud de collabo. C’est ce qu’on disait dans la famille. Mais Marcel le salaud était un personnage beaucoup plus intéressant que ce résumé. Fonctionnaire à la propagande allemande, il censurait les poèmes et les pièces de théâtre soumis par les éditeurs français à l’armée d’occupation. Il était un artiste raté. Et si Pierre pour enfin trouver sa place s’intéressait enfin à ce grand-père peu recommandable ?

C’est drôle et pas du tout « politiquement correct » comme on disait dans les années 90.

les occupations
les occupations © Radio France

« Les occupations » est un premier roman de Côme Martin-Karl édité chez JC Lattès.

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.