Dans sa dernière interview au quotidien the New York Times où il confirme qu’il a décidé de cesser la lutte, et donc d’arrêter d’écrire, Philip Roth dit que s’il voit bien que la lecture décline, on continue à écrire de grands livres.

Parmi les jeunes auteurs qu’il cite et qui font son admiration. Il parle de Louise Erdrich.

Louise Erdrich est à la fois américaine, amérindienne. Elle est multiple. Dans son dernier roman publié en France « Le jeu des ombres », la narratrice, une mère de famille, manipule son époux un peintre reconnu. Elle maîtrise son monde « Irène parcourait plusieurs livres à la fois et ne lisait même pas les essais jusqu’au bout, mais il lui arrivait d’aller tout droit aux passages passionnants, batailles, mariages ou décès. La façon de lire d’Irène l’exaspérait souvent, mais il n’enviait un peu aussi, c’était encore une preuve de son assurance. Elle traitait les livres comme des domestiques., il était leur domestique ». Et ainsi Louise Erdrich vous emporte vers des lieux inconnus et vous fascine. Qui est-elle vraiment ?

Vous pouvez entendre sa voix forte, en podcastant l’humeur vagabonde de Kathleen Evin à qui elle s’est livrée.

Vous pouvez aussi la lire, sur les conseils de Philip Roth.

Le jeu des ombres , de Louise Erdrich , traduite par Reinbarez, est publié chez Albin Michel.

Le jeu des ombres, de Louise Erdrich
Le jeu des ombres, de Louise Erdrich © Radio France
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.