l'odeur des planches
l'odeur des planches © Radio France
C’est un article dans le Monde des livres qui m’a donné envie de lire ce livre. C’est rare qu’une critique me donne vraiment envie, (là je peux commencer à m’interroger sur l’utilité de cette chronique si je pense que les critiques me donnent rarement envie de lire), mais cette fois, tout de suite, j’ai commandé ce récit qui a pour titre « L’odeur des planches ». Samira Sedira, l’auteure, est une comédienne qui a joué dans les plus grands théâtres nationaux. Un jour, cela s’est arrêté, elle s’est retrouvée en fin de droits Assedic et à faire des ménages, seule possibilité de gagner sa vie. Elle fait le récit de cette part d’ombre. Quand on passe de l’autre côté, qu’on quitte les apparences pour être dans les chambres sales, les poubelles, les toilettes dont la chasse d’eau n’est pas tirée, les mégots dans les cendriers, les bouteilles d’alcool vides. Elle raconte aussi sa mère, une immigrée algérienne, mariée adolescente. Samira Sedira écrit sur la « faible lueur d’une servante dans un théâtre désert ». C’est un très beau livre. « L’odeur des planches » de Samira Sedira, est édité chez la Brune au Rouergue.
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.