Dans sa chronique du Journal du dimanche , la semaine dernière, Bernard Pivot s’interrogeait à propos des romans d’amour. Les lire, en parler, les aimer ne serait il pas un peu nunuche, même cul cul la praline ? Il s’inquiétait de ce qu’on puisse penser de lui, serait-il devenu un critique sentimental lecteur des romans roses Harlequin parce que le dernier roman de Philippe Lançon , qui lui a tant plu, ne parle que de cela, le sentiment amoureux . Je voudrais d’abord le rassurer, non l’amour n’est pas un sentiment mièvre. À mon avis, il n’existe rien de plus fort, obsédant que l’amour. Le court texte de Philippe Lancon décrit avec un charme inouï, cette obsession. From qui a 50 ans revoit un ancien amour. Elle se nomme Lizbie et sa fille Tess...

L’élan de Phillippe Lançon
L’élan de Phillippe Lançon © Radio France

L’élan dePhillippe Lançon est publié chez Gallimard.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.