J’ai découvert ce texte lu par un comédien. Le public riait et riait. Pourtant, c’était une soirée sérieuse organisée par la vénérable société des gens de lettres pour la remise de leurs grands prix d’automne.

Le comédien Serge Renko, accompagné à la guitare par Bastien Lallemant, lisait un extrait où il était question d’un grand-père mangeant des raviolis en boite, quand un voisin le prévient : "quoi, toi le communiste du mange des raviolis, un plat de Mussolini ?" Le grand-père jette son assiette de raviolis. Les raviolis de pépé, c’est la Mona Lisa de notre famille, explique l’auteur, un chef d’œuvre qui contient tous les principes du maitre.

Je me suis précipitée sur ce livre, mais son auteur m’a prévenu.

Oh la la, faites attention, vous avez entendu le seul passage drôle, le reste est triste à pleurer.

Il a presque raison. Ce livre est triste à pleurer, un garçon dont les parents sont alcooliques, sa mère meurt trop vite, son père est violent, il est élevé par ses grands- parents à la campagne...

Comment arrive-t_il à nous faire rire et pleurer ?

C’est le génie de ce premier roman.

Il a pour titre « Autour de moi », il a été écrit par Manuel Candré. Il est édité chez Joëlle Losfeld.

Autour de moi » Manuel Candré.
Autour de moi » Manuel Candré. © Radio France
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.