Je ne suis pas une lectrice des romans de Marguerite Duras mais j’adore la personne, ce qu’elle racontait à ses amis, dans ses interviews. Elle disait, quand on est intelligent, on doit être intelligent dans tous les domaines, la cuisine comprise. Je me souviens d’une interview qu’elle avait donnée à Bernard Pivot où elle expliquait que les gens qui veulent écrire et qui justifient le fait qu’ils ne le font pas par manque de temps, ou parce qu’ils ne possèdent pas la bonne table, ne veulent pas écrire. Soljenitsyne écrivait sur des petits bouts de papier dans un camp en Sibérie. Les éditions du Seuil publient un entretien inédit de Marguerite Duras avec une journaliste italienne. Elle parle d’amour, d’érotisme et surtout de littérature. Aimer, lire, écrire. C’est passionnant.

duras
duras © Radio France

Marguerite Duras, la passion suspendue, entretiens avec Leopoldina Pallotta della Torre est édité au Seuil

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.