Je suis capable de voir la différence entre une BD avec plein de petites vignettes et un roman graphique où la part du texte est plus importante.

Bon en tous les cas, c’est un universitaire réputé, professeur de littérature qui m’a recommandé ce truc avec des dessins et du texte à lire.

Il a pour titre Gemma Bevery , c’est une adaptation britannique et contemporaine de Mesdames Bovary et c’est génial.

Et ce n’est pas moi qui le dit mais Julian Barnes. « Imaginez Flaubert revu et corrigé par Claire Brétecher. Voilà c’est exactement cela. Cette capacité à flairer les relations sentimentales d’aujourd’hui, pleine de renoncement, de faux espoir, de divorces et d’adultères. Un étudiant français maigrichon et aristo, une Anglaise de 30 ans amoureux d’une critique gastronomique imbécile et marié à un type plutôt sympa , un boulanger ex-soixante-huitard aussi romantique que pervers.

Gemma Bovery
Gemma Bovery © Radio France

Madame Bovary aujourd’hui dans un village normand, avec ces Anglais qui investissent dans l’immobilier bon marché.

On les connait, car on les a déjà rencontrés quelque part, et c’est génial.

Après, on peut même relire madame Bovary du grand Flaubert et voir qu’en matière de relations sentimentales, on n’a pas beaucoup progressé.

Gemma Bovery de Posy Simmonds , traduit par Lili Sztajn et Jean Luc Fromental est publié chez Denoêl Graphic

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.