C’est le livre d’un homme en colère, né d’une mère en colère. Oui, la vie est injuste, alors Marco Koskas crie, donne des coups de points, avec des mots. Chaque phrase est lancée comme une gifle, et encore une autre, pour tenter de se battre contre le mauvais sort.

Sa mère, Hannay, a 13 ans, elle lit des livres, quand ses parents, ruinés, la retirent de l’école pour qu’elles les aident à la maison. Voilà, elle a 13 ans, elle est bonniche chez ses parents. Alors que ses frères ont le droit de continuer d’aller à l’école. À 18 ans, elle est mariée à un homme qu’elle n’aime pas et dont elle aura 5 enfants.

La vie des juifs de Tunisie n’est pas de lait et de miel. Pour s’en sortir après l’exil, la pauvreté, il reste une dernière arme après la colère, c’est la méchanceté. Une méchanceté mêlée a tant d’amour perdu, qu’elle prend toute la place. Et Marko Koskas l’avoue j’aurais aimé écrire d’autre livre que celui-là, raconter autre chose que la Tunisie, ma mère, ses pieds enflés et ses croutes, mais j’en reviens toujours à cette histoire.

Ivresse du reproche de Marco Koskas
Ivresse du reproche de Marco Koskas © Radio France

«Ivresse du reproche » de Marco Koskas est édité chezFayard .

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.