Mercredi dernier, je vous parlais de ce livre de FLoch, l’histoire d’un amour infini d’un père pour sa fille.

Il arrive qu’un père aime sa fille, mais l’aime mal, lui fait du mal, lui fait peur, il ne sait pas aimer. Personne ne lui a appris. Comment faire quand on est la fille d’un tel père ?

Élise n’a pas vu son père depuis 7 ans. Elle s’est mariée, avec un homme qui lui a appris ce que c’était d’aimer avec bienveillance. Elle a eu deux garçons, qu’elle aime, comme une mère aime ses enfants, avec une inquiétude illimitée

Quand elle reçoit un appel de son père. Il vit à Marrakech, il souhaite la voir, Élise a peur.

Que faire d’un amour qui détruit ?

Alors, commence pour Élise un long voyage pour remonter l’histoire d’une affection déçue, de maladresses et de violences accumulées, de mots qui font du mal.

Elle part retrouver la source d’un lien aimant avec ce père né en Algérie, qui se ment à lui même , elle tente de reconstituer un passé, celui d’un exilé, qui s’est toujours senti méprisé, qui hait, car il se croit haï.

Elle trouvera enfermé chez lui un homme qui aime sa fille. À sa manière. Mais aussi infinie

deux étrangers
deux étrangers © Radio France

« Deux étrangers » d’Émilie Frèche est publié chez Actes Sud ;

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.